USA : sous pression, Donald Trump lâche du lest sur les armes

USA : sous pression, Donald Trump lâche du lest sur les armes

Sous pression depuis la nouvelle tuerie en Floride, le président Trump, grand défenseur du port d'armes, a décidé de lâcher un peu de lest sur le sujet.

Israël – Palestine : pour Trump, les deux pays ne veulent pas la paix

Les répercussions de la tuerie en Floride se font toujours ressentir. En effet, Nikolas Cruz, 19 ans, a ouvert le feu dans une école, tuant sur le coup pas moins de 17 personnes. Il avait obtenu une autorisation d’acheter une arme, malgré de nombreux signalements pour comportement violent. De fait, outre les nombreuses manifestations anti-armes, voilà que le président américain, Donald Trump, soutient aujourd’hui un renforcement accru du contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques au moment de l’achat d’une arme à feu. Silencieux depuis cette terrible affaire, celui-ci a donc ouvert la voie à une première étape vers une possible loi anti-port d’armes.

La porte-parole du gouvernement, Sarah Sanders, a d’ailleurs confirmé l’information à la presse. En effet, c’est via un long communiqué que celle-ci a assuré que le président américain et le sénateur républicain Cornyn, s’étaient longuement entretenu concernant un projet de loi bipartisan visant à améliorer la législation en ce qui concerne le contrôle des antécédents criminels au moment de l’achat d’une arme à feu. Bien entendu, les discussions qui viennent tout juste de débuter vont se poursuivre, le président étant apparemment ouvert à une modification. Présenté au mois de novembre dernier et travailler par des parlementaires républicains et démocrates, ce projet de loi viserait ainsi à « s’assurer que les autorités fédérales et locales appliquent la législation existante et signalent correctement les casiers judiciaires pertinents au fichier national de vérification instantanée du casier judiciaire (NICS) ».

Dans les faits, les armuriers auront ainsi l’obligation de consulter un fichier mis à leur disposition afin de vérifier si oui, ou non, le casier judiciaire du potentiel acheteur est vierge. À l’époque, ce projet de loi faisait suite à une nouvelle tuerie de masse causée par armes à feu. En effet, Devin Kelley, s’est introduit dans une église au Texas et a tué pas moins de 25 personnes. Avant cela, Kelley, ancien membre de l’armée américaine, a été traduit en court martial pour des faits de violences envers son épouse et son enfant. Or, l’armée n’a malheureusement pas informé les forces de l’ordre de sa condamnation. Résultat, celui-ci a pu, et ce, en toute liberté, se procurer un semi-automatique. Dans le cas de Nikolas Cruz, le FBI a reconnu une bavure puisque, l’institution a été mise au courant de son comportement dangereux et du fait qu’il possédait effectivement une arme.

Longtemps opposé à quelconque loi en rapport avec le contrôle du port d’armes, Donald Trump semble finalement lâcher un peu de lest sur le sujet. En effet, la pression sociale étant tellement forte depuis quelques jours, celui-ci n’a eu d’autres choix que de répondre aux attentes placées en lui.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    sagesse Il y a 2 mois

    il sait ce qu’il cherche