Bénin : Rachidi Gbadamassi relance les affaires Icc Service et Cen Sad

Bénin : Rachidi Gbadamassi relance les affaires Icc Service et Cen Sad

L’actualité nationale est agitée depuis ce mardi 06 mars 2018 avec la sortie de l’honorable Rachidi Gbadamassi. Le député de la huitième circonscription électorale a profité pour faire non seulement des déballages, mais aussi susciter l’intervention du chef de l’Etat sur les dossiers Icc service, Cen Sad…

Affaires Icc services : « Le Bénin champion olympique en escroquerie…» dixit Gaston Zossou

La sortie de Rachidi Gbadamassi n’est pas sans enjeux. Elle relance le chef de l’Etat sur plusieurs dossiers devenus très embarrassants pour les populations. Deux grosses affaires survenues sous le régime de Boni Yayi restent nébuleuses.

Ceci malgré les dénonciations, les interpellations et même les dégâts qu’elles ont causé dans le rang des spoliés. Les affaires Icc service et Cen Sad ne sont pas moins connues des populations avec des implications judiciaires non encore élucidées. Ces dossiers à rebondissement ne sont pas encore vidés par les autorités judiciaires après plusieurs procès au tribunal. Les citoyens, victimes sont en attente de règlement depuis des années.

En effet, le député Rachidi Gbadamassi, membre du Bloc de la majorité parlementaire a mis à profit l’occasion de sa conférence de presse pour faire un zapping sur les dossiers latents de corruption qui interpellent les autorités. Selon les propos de Rachidi Gbadamassi, les affaires Cen Sad et Icc service sont de nouveaux chantiers sur lesquels le chef de l’Etat devrait s’investir, au nom de la lutte contre la corruption. Patrice Talon s’était lancé dans cette bataille, mais les stratégies employées laissent perplexes. Plusieurs mis en cause dans les dossiers de malversation se trouvent être des gens qui ne partagent pas la gouvernance du chef de l’Etat. Mieux, ceux qui dénoncent le clientélisme au sommet de l’Etat et la gestion opaque des affaires publiques basés sur ‘’la ruse et la rage’’ avec à la clé la menace aux libertés syndicales et un certain opposant politique sont poursuivis et se sont vus contraindre à l’exil. Il paraît évident au regard des dénonciations des acteurs de la société civile, que le Bénin est dans la dynamique de la lutte contre la corruption, mais les bases sont faussées avec une sélection inquiétante de dossiers de ‘’corruption’’.

Furieux dans ses révélations sur l’ancien candidat à la présidentielle de 2016, Lionel Zinsou (lire ici), sous prétexte qu’il détient l’exclusivité de l’information sur ce dernier qui aurait contracté un prêt de quinze milliards auprès d’une entreprise sous-régionale qui fait la fierté du continent africain, à savoir Ebomaf, Rachidi Gbadamassi souhaite l’intensification de la lutte contre la corruption. « Nous encourageons le président Patrice Talon à poursuivre inlassablement la lutte contre la corruption », a lancé celui qui est connu jusque-là comme le taureau de Parakou. Mais est-il habilité à faire cette interpellation vue comme une digression par certains hommes politiques lorsqu’il parle de la lutte contre la corruption ? Il aura quand même le mérite de demander au chef de l’Etat « de prendre ses responsabilités en sortant les résultats des audits relatifs à l’affaire Cen Sad, et Icc service ». Patrice Talon est donc interpelé à réagir par rapport à ces affaires qui ont accablé le régime de Boni Yayi et qui avaient fait assez de dégâts dans le rang des spoliés de ce vaste réseau d’escroquerie connu sous le nom de Icc service et consorts.

Quid de l’affaire machine agricole ?

Lorsqu’on évoque les affaires Cen Sad et Icc service, on ne peut pas ne pas s’intéresser à celle des machines agricoles et Ppea2. Ce qui est surprenant, c’est que le député de Parakou s’est résolu à ne pas l’évoquer. Qu’est-ce qui fonde cette posture de Rachidi Gbadamassi alors que le peuple veut également connaître ce qui s’était passé ? L’interpellation de Rachidi Gbadamassi vient à point nommé et relance une fois encore les débats sur le mode d’acquisition des marchés sous l’actuel régime

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire

    Vivement le relancement de l’affaire Coovi, mr Gbadamassi !

  • Avatar commentaire

    Vous n’aimez jamais la vérité dans ce pays là,vos parents detourneurs de bien publique ne trouvent plus rien, vos concours frauduleux ont été ennuies tout ceci vous blessé. Allez Talon.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 4 mois

    Avec des bouffons pareils dans la politique béninoise, le sous développement du Bénin a de beaux jours devant lui.

    • Avatar commentaire

      Entièrement d’accord. Un homme éhonté sans scrupules qui dans un pays normal ne peut occuper une fonction politique. En réalité Rachidi a peur.Il sait que Talon peut le jeter en prison à tout moment. C’est ce qui l’amène à cette bouffonnerie. Il connait très mal Agbonon Talon. Il sera surpris.

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 4 mois

    Gbadamassi, un *******, peut-être (en attendant la confirmation par la justice), mais plutôt un animal politique, “changeur de veste” qui donne des coups autant qu’il reçoit. Et quand il était du côté des FCBE, il était une star devenue maintenant leur diable de l’autre côté. Il agite les affaires censad, icc, ebomaf etc pour sa bataille politique. Tenez, jeune Afrique nous apprend par exemple que la somme deboursee par ebomaf avait été réceptionnée par Thomas boni yayi avant de parvenir à zinsou. Et pourquoi zinsou doit être le seul à en répondre?

    • Avatar commentaire

      Avocat d’Ebomaf. Ebomaf t’avait consulté avant de remettre l’argent. Le pays va mal.Il y a une fronde sociale que vous n’arrivez pas à gérer. Vous jetez des miettes à GBADAMASSI pour vous aider à faire de la diversion.Mais non on a tout compris. GBADAMASSI ne peut tromper tous les parakois tout le temps. Je le dis je préfère mille fois Charles TOKO député que cet agité de Rachidi l’abruti.

  • Avatar commentaire
    Gouton Il y a 4 mois

    et l’affaire coovi ?

  • Avatar commentaire

    Les FCBE sont atteints au tréfonds de leur cœur! le candidat Leonel Zinsou a fait des compromissions pour aller aux elections de 2016. qu’est ce qu’il est venu chercher dans cette galère????? C’est dommage pour un cadre de Niveau et je pense bien sur instruction du PR BONI YAYI; il était convaincu de remporter les elections et se fait rembourser par l’octroi des marchés publics a EBOMAP. C’est vraiment regrettable; mais c’est ainsi va la vie!

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 4 mois

      Lorsque j’écrivais à l’époque que Lionel ZINSOU n’est pas forcément l’homme qu’il faut, certains me traitaient de tous les noms!!!

      Aujourd’hui, je crois que le mythe Lionel ZINSOU est à terre.
      Nous connaissons son vrai visage.

      Entre lui et TALON, disais je, nous ne savons pas qui est le plus grand démons.
      Avec les aveux de Patrice TALON et l’affaire de 15 milliards de Lionel ZINSOU, me confortent dans mon refus de choisir entre ces deux là!!!

      Il faut pas une révolution, mais un renouvellement total des hommes et des pratiques pour espérer un avenir au Bénin. Patrice TALON et son clan ne pourront rien.

  • Avatar commentaire
    Bognon Il y a 4 mois

    Une interrogation subsiste à mon niveau. EBOMAF a t-elle un agrément bancaire pour prêter de l’argent à un particulier à cette hauteur de montant? Quelle est la provenance de ces fonds? Quel est le taux de rémunération du prêt? Quelles sont les écritures comptables qui retracent cette opération dans ses états financiers? L’activité de cette société apparaît douteuse et il faudra s’assurer qu’elle ne se livre pas au blanchiment d’argent et à des actes de hautes corruptions. La société civile doit interpeler cette société pour comprendre les conditions dans lesquelles les marchés sont attribués à cette société? Les coûts des travaux sont surévalués et des retrocommissions seraient versées à nos dirigeants. Un tel opérateur ne peut être qualifié de vertueux mais plutôt un corrupteur fin qui gagne nos marchés publics et mouillent nos autorités.

  • Avatar commentaire
    G. Julien Il y a 4 mois

    Il faut que la justice s’intéresse aussi à l’assassinat du juge Coovi la roue tourne vraiment et tournera toujours

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 4 mois

    Il faut que les spécialistes de passation de marchés publiques recensent tous les marchés qui ont été conclus de gré à gré par le régime TALON afin de les contester devant les tribunaux, y compris, le terrain acheté par TALON lui-même.

  • Avatar commentaire
    Bernard Il y a 4 mois

    C’est dommage pour mon Cher Pays. Le peuple l’attend au carrefour….
    C’est deja un bon départ pour pour se faire rejeter par la population.

    #L’impudicité politique#

  • Avatar commentaire
    Antoine Il y a 4 mois

    Ce sont les plus corrompus qui viennent donner la leçon à tout le monde. c’est la justice des vainqueurs. La roue tourne, elle tournera.

  • Avatar commentaire

    Gbadamassi c’est fini pour toi tu es mort politiquement personnes ne veux de toi ..Donc si tu n’as rien à dire cas toi 

    • Avatar commentaire

      Le guinarou…démasqué..a joué toutes ses cartes….!..est nu..

      Pris dans son propre piège…il s’est etre dans une cage..d’ou il ne peut plus sortir

      Il a mis tous les mana man…de yébou béri…dans son jeu…les transformant en fond de commerce…distribuant argent…et corrompant tous les leaders d’opinions

      Mais celà ne marche pas

      il sert maintenant de la presse..pour tenter…d’exister…n’est ce pas….?

  • Avatar commentaire

    Il faut que Patrick talon enquête aussi sur affaires koovi 

  • Avatar commentaire
    K Thomas Il y a 4 mois

    N’oublions pas d’ajouter que la justice recherche toujours les assassins du juge Coovi…