Partis politiques au Bénin : Que reste-t-il de l’Union fait la Nation ?

Partis politiques au Bénin : Que reste-t-il de l’Union fait la Nation ?

Entre 2008 et 2011, elle avait faire rêver tout un peuple. En si peu de temps, elle réussit sous l’égide d’un certain Bruno Amoussou, à fédérer les pa

Parti Restaurer l’Espoir au Bénin: Les mises en garde de Candide Azannaï

Entre 2008 et 2011, elle avait faire rêver tout un peuple. En si peu de temps, elle réussit sous l’égide d’un certain Bruno Amoussou, à fédérer les partis et les hommes politiques, même les plus antagonistes, et à devenir une force politique incontournable. Mais l’échec à la présidentielle de mars 2011 fait dévoiler la fébrilité de cet ovni politique. Depuis, l’union se réduit comme peau de chagrin, et les contingences politiques actuelles tournent en sa défaveur.

Sauf cataclysme, l’Union fait la nation (Un) devrait aller en conseil national transitoire dans les jours à venir. Probablement le 10 mars prochain, souffle une source proche du parti. Ce congrès doit permettre à ce conglomérat de partis et de personnalités politiques, de se muer en une vraie union comme son nom l’indique, avec la dissolution des partis qui le composent. Cette fusion avait été choisie comme modèle de réforme pour amener l’union à se dynamiser et à rester conforme à l’air du temps.

Mais s’il arrive à tenir en dépit des réticences internes, ce congrès contribuera plus à l’enlisement qu’à la résurrection de l’union. Et pour cause, depuis l’échec de son candidat à la présidentielle de 2011, l’idéal de l’union n’émeut plus grand monde dans le gotha politique. Beaucoup de grands leaders en doutent, au point où juste après cette élection, les deux plus grosses cylindrées que sont le Prd et la Rb ont quitté la barque, laissant l’union dans la seule main des petits partis. C’est cela qui explique le nombre infime de députés obtenus aux législatives de 2015, avec douze députés contre les 30 obtenus en 2011. Soit une baisse de pourcentage de plus de 50%. Précision de taille : de 13 députés, plusieurs comme Candide Azannai, Claudine Prudencio et Joseph Djogbénou, ont juste emprunté le navire Un pour se retrouver à l’Assemblée nationale. Au total, tout bilan bien fait, l’Un originelle tournera autour de 8 ou 9 députés. Cette comparaison des deux législatives était importante pour montrer le niveau criant du recul connu par cette alliance en moins de quatre ans.

Plus fragilisée

Aujourd’hui plus que jamais, l’union est encore fragilisée. Elle ne pourra plus avoir la chance d’avoir

en tête de sa liste pour les législatives prochaines, un certain Candide Azannai, cette locomotive qui a permis à l’alliance d’obtenir trois députés dans la 16e circonscription électorale, contre la machine Rb. Le Madep, l’autre maillon fort de la coalition après le Psd, est presque en scission. Idji Kolawolé -péniblement élu la fois dernière grâce à l’altruisme politique de Séfou Fagbohoun qui lui laisse sa place- et Louis Vlavonou, sont des barrons du Bloc de la majorité présidentielle (Bmp), alors que leur troisième Adjibadé Koussonda est de la minorité parlementaire avec la bénédiction du président de leur parti actuellement persécuté par le pouvoir. Un parti dont une partie est allée à la mouvance et l’autre dans l’opposition. La situation dans l’autre grand parti de l’union, le Psd, est presque similaire.

Après la scission, Emmanuel Golou a gardé quelques cadres du parti, quelques structures de base et des icones. Clément Ebo soutenu par le père fondateur Bruno Amoussou, tient en main les trois députés du parti. Cette dernière situation traîne au tribunal et risque de plomber la cohésion interne de l’union. Ceci dit, les contingences politiques actuelles ne sont pas favorables à la renaissance tant annoncée. Jean Baptiste Hounguè, membre du bureau politique de l’union, a quitté la barque pour créer son « Ber ». Avec ce tableau présenté, l’Un risque de laisser des plumes dans les prochaines élections législatives, sauf si comme annoncé, d’autres partis comme Alternative citoyenne, Ufd de Nago et même la Rb de Zinzindohoué, arrivent à remplir la barque. Sans oublier là aussi qu’en politique, les fruits ne tiennent pas toujours la promesse des fleurs

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Monwè Il y a 7 mois

    Mon cher Abo qui te donne le droit de parler en mon nom. je ne te connais pas. sache que tu ne représente que toi même bye

    • Avatar commentaire

      Descendez ici sur le terrain et vous constaterez les choses

      C’est talon qui vient même réveiller les beninois

      Yayi boni disait à l’époque je cite: jamais je ne laisserai le pays aux des mafias.

      C’est qui qui peut mieux connaître talon ? Si c’est pas Yayi ?

      La population est déterminée à en découdre avec le gouvernement bis de l’assemblée.

  • Avatar commentaire

    Ici à la base, nous population sommes décidés à sanctionner tous les 61 députés-ministres du gouvernement talon

    Vous pouvez rêver mais nous vous serons vos dieux en 2019.

    Vous n’êtes plus dignes de représenter le peuple. Stop à l’escroquerie du peuple