Verdict dans l’Affaire Atao Hinnouho : « Il doit avoir encore des poches de résistance », selon Dr Aïnadou

Verdict dans l’Affaire Atao Hinnouho : «  Il doit avoir encore des poches de résistance », selon Dr Aïnadou

Le président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens du Bénin Dr Henry Charles Aïnadou est intervenu sur Frisson radio au lendemain du verdict du tribunal au sujet des faux médicaments.

Affaire Atao Hinnouho : Le gouvernement se substitue au pouvoir judiciaire

Dans ses propos, il a fait savoir que le secteur regorge encore des poches de résistance. Selon les explications du président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens du Bénin, Dr Henry Charles Aïnadou, la lutte menée pour assainir le secteur de la pharmacie est une bonne chose.

Tout en présentant ses compassions à ses confrères qui sont dans les liens de la détention, le président de l’Ordre doute que les autorités aient complètement  nettoyé le secteur.

« Il doit avoir encore des poches de résistance, on ne peut pas dire que c’est complètement fini », pense-t-il.

Il a insisté sur le respect de la règlementation dans le secteur pharmaceutique. La mission régalienne de l’ordre, souligne-t-il, c’est l’éthique, la morale et la déontologie pharmaceutique. Henry Charles Aïnadou a une pensée pour les populations, les patients dans cette situation de crise qui secoue le secteur. Il faut signaler que les avocats des personnes condamnées par le tribunal dans ce dossier de faux médicaments ont un délai de quinze jours pour interjeter appel.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    Comment peut-il avoir des poches de Résistance dans cette affaire?
    Quelle conscience peut on avoir, pour fonder son gagne-pain sur la commercialisation et la Distribution de faux médicaments qui tuent le public à Petit feu et se regarder dans le miroir et en être fier?.
    Cependant ceux qui achetaient des hommes comme des objets pour aller les vendre à des destinations étrangères à un Prix deplus-value avaient aussi conscience de faire une bonne affaie. L’espèce humaine est ainsi quelque Chose de lugubre qui persistera toujours.