Affaire Atao Hinnouho : La décision courageuse du juge des libertés ternie par l’immixtion de l’exécutif

Affaire Atao Hinnouho : La décision courageuse du juge des libertés ternie par l’immixtion de l’exécutif

Ce qui devrait rester un dossier de justice connait désormais l'immixion de l'exécutif qui tient à placer derrière les verroux l'He Atao Hinnouho. Ceci malgré la décision du juge des libertés et de la détention trouve qu'en l'état, le mis en cause ne peut être arrêté.

An II de la présidence Talon : Le social a compté pour du beurre

En dehors de l’agression dont le député a été victime au palais de justice de la part des éléments de la police selon les déclarations de son avocat, il y a cette détermination surprenante de ces derniers à procéder à son arrestation en violation de cette décision du juge. De quoi se demander si l’exécutif admet réellement l’indépendance de la justice?

A la surprise de tous, votre journal a été informé de la présence de l’He Atao Hinnouho devant le juge d’instructions et celui des libertés et de la détention auprès du tribunal de première instance de première classe de Cotonou. C’est avec empressement qu’une équipe de reporters est dépêchée sur les lieux et devient la première à vivre l’évènement. Elle y restera jusqu’au moment où le juge de la détention et de la détention transmet à l’avocat de l’He Atao sa décision et que ce dernier sera conduit au service des urgences du Cnhu pour recevoir des soins après l’agression dont il a été victime de la part des élements de la police selon les déclarations de son avocat, Me Alfred Bocovo.

L’He Atao prend tout le monde de cours

selon Me Afred Bocovo, conseil de l’He Atao, son client a décidé de se présenter de lui-même devant le juge d’instructions ce vendredi 27 avril 2018. selon son avocat, son client que tout le monde disait avoir fui, s’était seulement rétiré de la scène pour des besoins de sécurité et attendait le bon moment pour se présenter de lui-même devant les juges parcequ’il ne se repproche de rien contrairement à tout ce qui a été dit sur lui. C’est lorsque l’He Atao est devant le juge que les autorités sont informées de sa présence sur les lieux. L’avocat remarquera alors l’arrivée des éléments de la police républicaine, certains en uniforme et d’autres en civil. ceux en civil disaient être des officiers de la police judiciaire. L’audition devant le juge se déroule en présence du représentant du ministère public, du mis en cause, de son avocat et d’un greffier. A la fin de l’audition devant le juge d’instruction, celui-ci leur demande de se rendre auprès du juge des libertés et de la détention à qu’il revient selon le code procédure pénal de décider de la suite à donner au dossier. Me Alfred Bocovo et son client sont loin de savoir qu’une surprise désagréable les attendaient dans les couloirs du palais de jutice.

L’He Atao et son conseil subissent une aggression

Me Bocovo rapporte que c’est lorsqu’ils sortent du bureau du juge d’instruction pour se rendre dans le bureau du juge d’instruction, qu’ils sont surpris par une groupe d’hoimme en civil qui se présentent comme des ooficiers de la poilice judiciaires. Ces derniers disent vouloir procéder à l’arrestation de l’He Atao. Un désir qui rencontre la résistance de l’avocat et de son client. Me Bocovo témoigne que les agents en civil se ruent donc sur le député qu’il rouent de coups de poing. Il rapporte que c’est grâce à l’intervention du juge d’intruction et du procureur que les éléments sont découragés depoursuivre leur besogne. En parcourant la distance pour arriver dans le bureau du juge deslibertés et de la détention, Me Bocovo qui soutient son client enle tenant par les bras, reste courageux et déterminé à poursuivre tout seul les péripéties. La nouvelle de l’agression del’avocat et de son client, député de surcroit se répand rapidement. Dans la foulée on apperçoit quelques avocats comme Me Alao et quelques trois autres arriver d’urgence au palais. On les verra échanger par la suite avec Me Bocovo. Celui-ci exprime sa surprise de vivre une agression dans l’enceinte du palais de justice avec son client de la par de la police.

La décision objective et courageuse du juge des libertés et de la détention

L’audience devant le juge des libertés et de la détention se déroule avec les mêmes acteurs qui ont pris part à celle qui s’est tenue devant le juge d’instruction. Ici, la défense évoque l’article 90 de la constitution qui dispose qu’un député ne peut être ni poursuivi, ni arrêté sans autorisation expresse de l’Assemblée nationale ou du bureau de l’Assemblée nationale sauf en cas de flagrant délit. Les arguments du représentant du ministère public ont aussi été entendus. Lorsque Me Bocovo réapparait au niveau des journalistes, c’est pour leur confier que le dossier est au niveau du juge des libertés et de la détention qui devra rendre sa décision à tout moment. C’est dans l’attente de cette décision du juge qu’on a vu débarquer et au sein du palais de justice, une escouade de policiers dans des véhicules. Certains d’entre eux sont restés en faction au niveau du portail. C’est alors que l’accès dans l’enceinte du palais a été interdite aux usagers. De même ceux qui sortaient ne pouvaient plus avoir accès à l’intérieur. La présence en grand nombre des éléments de la police prêtaient à soupçon. Mais c’est dans la confusion que Me Albert Bocovo a encore accepté une fois de plus de confier à la presse le dénouement du dossier. Il tenait entre ses mains la décisions du juge des libertés et de la détention qui trouve qu’au vu des éléments produits, le mis en cause, l’He Atao ne peut faire objet d’arrestation. reprenant objectivement les disposition de l’article 90 de la constitution.

Le député libéré doit séjourner à l’hôpital

Confirmant les déclarations de Me Alfred Bocovo sur l’agression subie par son client et lui-même, une ambulance a été appelée par le personnel de la justice pour conduire au Cnhu le député qui devrait être interné au service des urgences pour suivre des soins intensifs. C’était en présence du procureur de la république qui a interdit objectivement que les journalistes présents ne prennent des vues de l’état du député dans l’ambulance. Au Cnhu, lors de la sortie du député de l’ambulance, couché sur une civière, tous les présents avaient remarqué qu’il se trouvait dans un état qui était loin d’être une mise en scène. Et pendant que les curieux atroupés se demandaient sur l’instruction de quelle institution, les agresseurs du députés ont agi, il y avait à s’étonner que des policiers se soient encore invités au Cnhu alors même que le mis en cause était rendu libre de tout mouvement à travers la décision du juge des liberté et de la détention. Déja ce soir de vendredi, au moment où nous quittions le Cnhu, Candide Azannai était arrivé sur les lieux pour s’enquérir de la situation. Nous avons aussi appris que le lendemain samedi et le dimanche quelques collègues députés avaient aussi fait le déplacement pour soutenir leur collègue. Le plus curieux, c’est la présence des policiers qui continuent de camper sur le site. Au non de quelle pouvoir continuent-ils de suivre le député? Est-ce au nom de la justice qui a rejeté son arrestation ou de l’exécutif qui tient à ce qu’il soit mis hors de tout contact? La réponse à cette question nous situera sur la véritable indépendance du pouvoir judiciaire

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    aviti segbegnon Il y a 6 mois

    Face à une affaire aussi grave, certains commentateurs se permettent des plaisanteries de très mauvais goût. Vraiment triste!

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 mois

    Cela ne marchera pas. A chaque Occasion maintenant Talon et son Gouvernement font comme si les décisions de justices ne sont rien. Toues les preuves de parjure sont ainsi réunies pour que l’article 66 de la constitution soit appliquée et que le peuple souverain le chasse du pou-voir.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 6 mois

      Comme quoi la bonne bière allemande peut altérer aussi les facultés cognitives quand on en abuse.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 6 mois

        Agadjavi , c’est  sur ton petit crâne chauve de moineau , qu’on viendra déguster la bonne bière allemande, une fois  que l’article 66 de notre constitution sera mise en marche 

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 6 mois

    Cet article contredit l’autre version de l’autre article qui soutenait que le commissaire ce serait introduit dans le bureau du juge des libertés et de la détention et que ce dernier aurait dit au commissaire ( c’est vous qui faites cela ?)……puis le juge aurait fui pour se réfugier dans une autre pièce pour délibérer…..

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 6 mois

      L’autre version du même site dit ceci :

      (Selon les explications du député, il se rendait dans le bureau du juge des libertés et de la détention quand il a été attaqué par « des forces de l’ordre au nombre de 6 qui (l’ont) sérieusement molesté avant que le juge n’intervienne pour (le) sortir de leurs griffes ».

      Après cet incident, le député déclare avoir été bousculé à nouveau dans le bureau du juge des libertés.« Une fois dans le bureau du juge des libertés, un Mr entra pour me bousculer à nouveau.

       C’est en ce moment que le juge intervient en ces termes : M le commissaire, c’est vous qui faites ça ? Vous êtes dans mon bureau. Le commissaire a répondu au juge que je suis en état d’arrestation » a déclaré M Atao Hinnouho.

      Après cette courte conversation, le juge a appelé le procureur qui a ordonné au commissaire de quitter le bureau. Le policier qui était posté dans le couloir a aussi été renvoyé selon le député qui  précise que c’est après ces événements qu’il a commencé par « sentir des malaises ».Le juge a donc demandé qu’on fasse venir son médecin. M Atao a par ailleurs indiqué qu’il ne se reprochait rien dans cette affaire de faux médicaments.

      « Je ne me reproche rien, c’est de l’acharnement politique » a-t-il laissé entendre. Notons qu’une procédure de levée d’immunité est en cours contre l’intéressé et deux autres de ses collègues à l’Assemblée nationale.)

      Quoi croire au juste?

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 6 mois

        Jojolabanane, a quitté son champs de bananes des philippines, pour devenir reporteur chroniqueur , à cotonou , plus précisément au tribunal de cotonou puis au CNHU