Bénin : Les limites du préfet Modeste Toboula révélées

Bénin : Les limites du préfet Modeste Toboula révélées

Dans un passé récent, le tonitruant préfet du littoral Modeste Toboula, dans sa campagne de nettoyage de la ville de Cotonou, a pris la résolution de débarrasser ce territoire relevant de sa compétence de certaines catégories d’individus.

Affaissement des rampes du pont de Fifadji au Bénin : J. Ayadji indexe la mairie pour le retard de l’entretien

Il s’agit des mendiants stationnés aux feux tricolores et des vendeurs à la sauvette qui s’y trouvent. Si la décision a été respectée, les tous premiers jours, force est de constater que ces vendeurs sont revenus à la charge et pour cause…

Ils sont revenus sur leurs lieux de business. Ils, ce sont ces vendeurs à la sauvette que Modeste Toboula, première autorité du département du Littoral, a renvoyés des feux tricolores de Cotonou. Cette fois-ci, leur effectif aux différents carrefours dépasse de loin ce qu’il était au départ. Du carrefour Dédokpo à Akpakpa à celui de Cica Toyota à Vêdoko, en passant par les carrefours St Michel et station Lègba, ces vendeurs sont très actifs avec différentes marchandises, sur la tête ou dans les mains. On y trouve même des produits immédiatement comestibles, tels les ‘’snacks’’ et fruits.

Hommes, femmes, jeunes gens et jeunes filles se faufilent entre les motos et véhicules, faisant leurs affaires. De tous les grands carrefours de la ville de Cotonou où les feux tricolores fonctionnent normalement, seul le carrefour ’’ancienne radio’’ est rigoureusement épargné du phénomène de vente à la sauvette, en raison de sa fréquentation par le premier des citoyens béninois.

Situation socio-économique oblige

Le come back de ces individus sur leurs « lieux de travail », est d’autant plus compréhensible, vu la situation socio-économique du moment. Et même les rafles sporadiques des éléments de la police n’émoussent guère leur ardeur. Approchée, dame Rachelle très active dans ses affaires au carrefour cica toyota de Vêdoko, déclare : «Toboula nous avait chassés d’ici certes. Mais nous sommes revenus sur les lieux pas parce que nous tenons tête à l’autorité. Elle aussi doit comprendre que nous n’avons pas les moyens de louer des boutiques. Et au même moment, nous allons manger, entretenir nos enfants et faire face à d’autres obligations. Nous n’allons pas rester à la maison et faire tout cela. Nous ne connaissons pas autre activité que le commerce ». Au départ précise-t-elle, nous avions des places où nous menions nos activités, et un beau jour le préfet à travers la police nous a cassés et chassés.

« Nos enfants deviendront quoi dans ces conditions ? », s’est-elle interrogée.

Abondant dans le même sens, Elie un autre vendeur rencontré sur les lieux, est très amer dans ses propos. Il affirme ne pas comprendre pourquoi eux citoyens qui ont choisi de ne mener aucune des activités illicite, sont tous les jours persécutés par la police. « Les policiers nous emmerdent », déclare-t-il. Chaque jour, c’est la politique du chat et de la souris a laissé entendre le vendeur ambulant. Nous veillons au grain poursuit-il, et aussitôt que l’un de nous voit leur véhicule pointer, le « mot de passe » est lancé et c’est la débandade. Il invite le préfet Toboula à plutôt se mettre à la trousse des « Gay-men » qui sèment la terreur dans son département et ailleurs dans le pays.

Quant aux passagers potentiels clients, ils ne trouvent aucun mal à s’approvisionner auprès de ces vendeurs. C’est le cas de Charlemagne, qui surpris sur sa moto entrain d’acheter une serrure de porte, déclare : « Ils nous aident ces gens-là. Grâce à eux parfois, nous n’allons plus jusqu’au marché Tokpa. Il faut les remercier pour le service qu’ils nous rendent».

En vérité, il ressort de tous ces propos recueillis que les autorités doivent revoir leur politique de représailles dans ce domaine, afin d’éviter une explosion sociale, car si Paris est déclarée ville lumière aujourd’hui, elle ne s’est pas construite en un jour ou en deux ans

Commentaires

Commentaires du site 23
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Jojolabanane, il s’appelle , les philippines étant un grand pays producteur de bananes , ce monsieur doit être un singe , vivant dans la bananeraie , et voyant le monde du bout de son nez 

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 8 mois

      Quand tu prendras la banane la-dedans, ton esprit reprendra forme…..je crois que t’en a bien besoin

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 8 mois

    Pour info en tant que de besoin : Actuellement, la méthode Toboula est de rigueur ici au philippines. Les barraques de street food installées sauvagement aux coins des rues dans la ville de Quezon City dans métro Manila se font démolir sans qu’il y ait ces ronronnements qu’on entend au Bénin. L’objectif étant d’assainir la ville.

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 8 mois

      http://newsinfo.inquirer.net/889541/mmda-to-reclaim-baclaran-road-from-vendors

      • Avatar commentaire
        GbetoMagnon Il y a 8 mois

        “Jojolabanane”, Prends la peine de lire et de comprendre les exemples que tu donnes:
        “establish another market site in a one-hectare government lot…for vendors who would be told to leave”=> “Faire établir un autre marché sur le domaine public, pour les vendeurs auxquels il SERA demandé de partir”

        “…budget of P40 million would be allotted for 500 stalls” “Un budget de 400 millions sera alloué pour (la construction) de 500 stands”

        • Avatar commentaire
          Jojolabanane Il y a 8 mois

          Sir
          L’exemple en lien citée n’est qu’une référence n’ayant rien à voir avec mon post qui se réfère à une ville du nom de Quezon City et non de l’exemple de la ville de Parañaque en lien….cependant, le principe est le même : Assainir les voies publiques.

          Je t’invite à lire mon post et son contenue signor…..hihihi

          • Avatar commentaire
            Jojolabanane Il y a 8 mois

            The Metropolitan Manila Development Authority (MMDA) will start clearing the Baclaran service road in Parañaque City in the coming days, which is expected to free up at least four of the seven lanes occupied by vendors
            Decongesting the area around Baclaran church was one of the major directives of President Duterte to the agency, MMDA supervising officer for operations Bong Nebrija said on Sunday.
            Dialogues with stakeholders were conducted during the Lenten break to ease up the workload of the clearing operations group………..

            Is it clear to understand sir GbetoMagnon ?

        • Avatar commentaire
          GbetoMagnon Il y a 8 mois

          Arrête de te la jouer, tu es à côté de tes pompes “jojolabanane” et c’est ce genre de coquetterie à côté de la plaque et du problème qui fait que ça végète parce qu’on refuse de considérer le simple bon sens.

          Lorsqu’un pays ne peux accompagner l’emploi par ses investissements, son rôle n’est pas d’entraver les services qui fleurissent de ci de là, mais de les accompagner au mieux de l’intérêt général à défaut de pouvoir les financer.

          Le rôle d’un Etat n’est pas de casser ce qui se fait sans ou malgré lui, que ça vienne des changements du Nigéria ou de ses propres incapacités.

          • Avatar commentaire
            Jojolabanane Il y a 8 mois

            Hors sujet encore

          • Avatar commentaire
            Jojolabanane Il y a 8 mois

            Tu te la pètes où tu parles pour oublier le sujet cher GbètoMagnon ?

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 8 mois

      C’est le chef de clan tueur, philippin qu’il faut comme modèle pour le Bénin ? 

      • Avatar commentaire
        Jojolabanane Il y a 8 mois

        Au moins avec lui, le pays s’assainit…….c’est ce qu’il faut pour le Bénin lol

  • Avatar commentaire
    Mohamed sare Il y a 8 mois

    Pas grave ;  la vie tout peut arriver .seule la foie peut……. 

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 8 mois

    …………Comme idéal social de certains et comme réalisation effective de d’autres, l’Anarchie répond à un modus vivendi dans lequel, débarrassé de toute contrainte légale et collective ayant à son service la force publique, l’individu n’aura d’obligations que celles que lui imposera sa propre conscience. Il possèdera la faculté de se livrer aux inspirations réfléchies de son initiative personnelle ; il jouira du droit de tenter toutes les expériences que lui apparaîtront désirables ou fécondes etc……. Ainsi, souverain maître de lui-même, de la direction qu’il lui plaira de donner à sa vie, de l’utilisation qu’il fera de ses facultés, de ses connaissances, de son activité productrice, de ses relations de sympathie, d’amitié et d’amour, l’individu organisera son existence comme bon lui semblera : rayonnant en tous sens, s’épanouissant à sa guise, jouissant, en toutes choses, de sa pleine et entière liberté, sans autre limite que celles qui lui seront assignées par la liberté – pleine et entière aussi – des autres Individus.  Est-ce le rêve de certains pour notre pays ? Réfléchissons car la misère n’autorise pas tout dans la cité………je persiste à dire un grand bravo à notre préfet Toboula.

  • Avatar commentaire
    OLYVER Il y a 8 mois

    C’est le charles PASQUA béninois il fait du bon boulôt et dans ce pays de merde lorsque vous faites du bon boulot dans un esprit républicain comme toboula on vous déteste……..
    j’espère qu’un jour il deviendra pr du bénin.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Tchié ! Papy gbeto est fâché , même trés trés fâché 

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 8 mois

    “Même si l’intention est bonne” c’est faux ! Elle n’est pas bonne et va à contre sens de l’évolution du commerce dans le monde.
    – En Asie dans la rue lorsque vous prenez la file pour entrer sur la parking d’un fast food, les employés viennent prendre votre commande. Un autre en ciré jaune se charge de vous aider à sortir en régulant la circulation.
    – En Europe, des jeunes sont embauchés pour vous apporterdès que vous arrivez sur le pariking du super marché, vos courses  que vous avez commandées depuis chez vous.
    – UberX vous livre vos repas commandés sur Internet en voiture ou en 2 roues.
    – Dans Paris, à Madrid dans tout le sud de la France et en Italie, les restaurant installent des terrasses chauffées sur les trottoirs qu’ils replient la nuit.

    Des consultants marketing, stratégie de vente et j’en passe, sont payés à prix d’or pour mettre en place ce que j’ai décrit plus haut qui existe au Bénin depuis des décades et qu’ils appellent “de l’innovation”: amener le service de détail au plus près du client sans qu’il n’ai à bouger.

    Et une brute fait donner la police pour casser cette tendance qu’il aurait suffit d’organiser un peu pour la sécurité, le bénéfice des petits commerçants et des clients.
    Quelle bande d’ignares est aux manettes au Bénin ?

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 8 mois

    Dans un pays comme le nôtre, il est impossible d’interdit à l’étape actuelle de notre développement le petit commerce de rue!!!

    Même si l’intention est bonne, il y a une démarche, des étapes à franchir et des conditions de base à remplir.

    Patrice TALON est venu pour servir le peuple, et le peuple dans sa grande majorité c’est ceux là!!!
    Pourquoi devrait il s’acharner contre eux, sans rien leur proposé avant???

    La mission d’un Chef d’Etat se résume essentiellement à servir, surtout d’abord les plus pauvres et les plus démunis.
    Ils se servent de l’argent du contribuable pourquoi???

    Même s’ils arrivent à s’échapper de la justice des hommes, la justice divine est implacable et l’histoire ne manquera jamais de retenir les piteux chefs qu’ils ont été !!!

  • Avatar commentaire
    Eleazar Il y a 8 mois

    Ça c’est la réalité du pays. Ces gens là ne vivent que de ça. Pourquoi veut-on leur rendre la vie dure.?