Bénin : Mohamed Atao confirme sa bastonnade et crie à l’acharnement politique

Bénin : Mohamed Atao confirme sa bastonnade et crie à l’acharnement politique

Mohamed Atao Hinnouho s’est confié aux confrères de Rfi ce matin. Le député confirme qu’il a été réellement molesté et crie à l’acharnement politique.

Bénin- Affaire Atao Hinnouho : Rachidi Gbadamassi invite la justice à respecter la procédure

Selon les explications du député, il se rendait dans le bureau du juge des libertés et de la détention quand il a été attaqué par « des forces de l’ordre au nombre de 6 qui (l’ont) sérieusement molesté avant que le juge n’intervienne pour (le) sortir de leurs griffes ».

Après cet incident, le député déclare avoir été bousculé à nouveau dans le bureau du juge des libertés.« Une fois dans le bureau du juge des libertés, un Mr entra pour me bousculer à nouveau. C’est en ce moment que le juge intervient en ces termes : M le commissaire, c’est vous qui faites ça ? Savez-vous que vous êtes dans mon bureau?. Le commissaire a répondu en disant que je suis en état d’arrestation » a déclaré M Atao Hinnouho.

Après cette courte conversation, le juge a appelé le procureur qui a ordonné au commissaire de quitter le bureau. Le policier qui était posté dans le couloir a aussi été renvoyé selon le député qui  précise que c’est après ces événements qu’il a commencé par « sentir des malaises ».Le juge a donc demandé qu’on fasse venir son médecin. M Atao a par ailleurs indiqué qu’il ne se reprochait rien dans cette affaire de faux médicaments.

« Je ne me reproche rien, c’est de l’acharnement politique » a-t-il laissé entendre. Notons qu’une procédure de levée d’immunité est en cours contre l’intéressé et deux autres de ses collègues à l’Assemblée nationale.

Commentaires

Commentaires du site 24
  • Avatar commentaire

    Nous sommes dans un état de loi. Que le respect des textes soit en vigueur pour que la lumière soit faite sur ce dossier. Il faut le respect des droits de l’homme.

  • Avatar commentaire
    Charles Le Bon ANAGONOUTETE Il y a 8 mois

    vous ne suivez même pas l’actualité.
    Vous chantez acharnement acharnement. pourquoi le béninois a cette mentalité ? ça fait vraiment pitié. donc, vous encouragez le fait que les députés légifèrent les lois pour le bas-peuple ? en tout cas, moi je ne supporte pas ça. il faut aller au bout dans cette affaire de faux médicaments.

  • Avatar commentaire

    vous ne suivez même pas l’actualité.
    Vous chantez acharnement acharnement. pourquoi le béninois a cette mentalité ? ça fait vraiment pitié. donc, vous encouragez le fait que les députés légifèrent les lois pour le bas-peuple ? en tout cas, moi je ne supporte pas ça. il faut aller au bout dans cette affaire de faux médicaments.

  • Avatar commentaire

    je ne suis d’aucun parti mais je doute fort que cet affaire de bastonnade soit vrai tout simplement parce-que aucun policier ou commissaire n’oserait mettre la main sur un député .l’agent de sécurité qui fera une chose pareil est soit fou ou payé pour un tel acte .
    c’est des manipulations politiques.
    en tout cas ils n’ont qu’à fait ce qu’il veulent. !
    je m’en fou d’eux.

  • Avatar commentaire

    L’État doit avoir honte de parler de faux médicaments parce que c’est vendu avec son autorisation. Cette affaire ressemble à un montage grossiers, un acharnement politique vraiment. 

  • Avatar commentaire
    Le patriote Il y a 8 mois

    Je ne suis ni de la mouvance ni de l’opposition mais ce qui se passe est ravageur pour l’image de notre pays. Un fonctionnaire de police qui entre dans le bureau d’un juge et moleste un député de la république ! Nous sommes bien dans un état voyou et cela va nous coûter Cher.

    • Avatar commentaire
      soukpon Il y a 8 mois

      vous croyez vraiment sur parole un *********** de faux médicaments, qui plus est un politicien béninois donc un ********* pro. circuler, il n’y a rien à voir. en tout cas nous ne sommes pas tous des cons dans le pays

  • Avatar commentaire
    Sylvestre Il y a 8 mois

    Beaucoup d’aberrations

  • Avatar commentaire

    Que des amateurs. Est cela une police? Quelle autorité à la justice, lorsque dans ses locaux un commissaire se livre à des actes de tortures?
    Bref, je me suis longtemps gardé de commenter sur cette affaire pour une simple: on accepte la candidature de n’importe qui aux élections.

    • Avatar commentaire

      Pour peu que nous ayons pris pris en compte les antécédents de tout un chacun, (mauvaise gestion, activités illégales et illicites, détournement de quelque nature), nous n’aurions jamais eu pour président de la république, patrice talon, le plus petit de tous les Présidents depuis 1960 qui est au même niveau de probité que Atao. Nous n’aurions pas fait de notre assemblée un refuge pour des gens qui ont leur place dans les lieux de privation de liberté.
      Aux prochaines élections, il nous faudra plus que jamais en tenir compte.

  • Avatar commentaire
    Claude Bocco Il y a 8 mois

    Je pense que la police ne fais pas les choses de façon professionnelle ,et qu’il a un excès de zèle ,quand à Monsieur Atao je ne le condamne pas et ceux qui disent qu’ils à tué des milliers de gens qu’ils en apporte les preuves ,parce que pour moi ça ressemble à du acharnement politique,rien d’autre

  • Avatar commentaire
    Grox Caix Il y a 8 mois

    Il est vrai que le secteur pharmaceutique est un secteur qu’il ne faut pas laisser à traîne.  Les médicaments que nous appelons faux là,  sauve assez de personne. Laissez moi vous demandez le nombre de pharmacie qu’il y a dans nos villages si ce n’est c’est médicaments qui font l’affaire.

  • Avatar commentaire
    on verra Il y a 8 mois

    Lui au moins a eu le droit de se plaindre sur une radio internationale,alors a t il pensé aux morts et aux dialysés depuis qu’il a commencé son commerce??Peuvent ils se plaindre eux?? a qui??Si c’était si facile de le libérer pourquoi a t il pris la poudre d’escampette?? Autant de préoccupations.

    • Avatar commentaire

      En son temps pourquoi quelqu’un et ces complices aussi avaient quitté le pays dans une malle arrière? Aujourd’hui que la nature leur a fait grâce d’être là où ils sont, voilà ce qu’ils font.

    • Avatar commentaire
      sogbossi Il y a 8 mois

      Dites moi avant ATAO, est ce qu’il n’y a pas de commerce de médicament parallèle dans les marchés. Et c’est toujours ATAO qui fournissait ces médicaments? Je pense que vous vous trompez? ATAO est né quand? Est il le précurseur de la vente de médicament sur les marchés parallèles au Bénin. Je ne parlerai pas de faux médicaments, car vous qui parlez, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Faux médicaments djan. Laissez le type en paix

      • Avatar commentaire

        Monsieur Sogbossi, c’est très grave ce que vous écrivez là ! Comment la haine contre Talon vous fait perdre la raison? Donc pour toi puisque avant Atao il y avait vente parallèle de médicaments on ne doit pas l’inquiéter !!! Safroulahi! Nous somme dans quel pays? Quelle réflexion ? Vraiment les mots me manquent!!! Quelle est cette pauvre mentalité ? Que Dieu nous protège contre vous!

      • Avatar commentaire
        Democrate Il y a 8 mois

        Qu´est ce que tu racontes?
        Ton raisonnement est digne d’ un vendeur de ata et tevi au bord de la voie.

      • Avatar commentaire

        MERCI MON FRERE

  • Avatar commentaire
    Alotro Il y a 8 mois

    Vous n avez pas compris que sous Talon, on ne blague pas. Il ferait mieux de se taire car la prise est assurée après l Hopital 

  • Avatar commentaire

    ces policiers sont ********* dès naissances et ils seront deshabillés tous , que décret soit pris pour les emprisonner à vie chenapans qu’ils soient .

    • Avatar commentaire

      Monsieur daaga en traitant les policiers d’********* depuis la naissance j’ai peur que tu ne sois pire ! Qui va croire à ce montage grossier de monsieur Atao un véritable tueur à gaz qui veut se présenter en victime ! oh au Bénin le ridicule ne tue pas! Lui a t il pensé à tout ce qu’il a commis comme crime de sang? N’importe quoi!.

  • Avatar commentaire
    Jordan537 Il y a 8 mois

    Vraiment cela fait de la peine d’entendre des choses de ce genre après tout ce temps passé dans la démocratie et la défense des droits de homme. Les autorités au plus haut niveau de la police républicaine doivent monter au créneau pour démentir ou confirmer ces propos. Sinon c’est dangereux pour notre jeune démocratie.