Bénin : Les syndicats prennent connaissance des propositions du président du Ces

Bénin : Les syndicats prennent connaissance des propositions du président du Ces

Le président du Conseil économique et social Tabé Gbian, a convié le mercredi 4 avril 2018 les responsables des centrales et confédérations syndicales à une séance de travail.

Bénin : Les travailleurs encouragent le gouvernement à s’engager avec Petrolin Group

A cette énième rencontre, le président du Ces Tabé Gbian a fait des propositions que les centrales ont promis d’examiner. Le Conseil économique et social (Ces), tente de jouer sa partition afin de trouver une porte de sortie de crise.

Ce mercredi, le président du Ces a tenu une séance de travail. L’objectif est de faire des propositions aux responsables de centrales et confédérations syndicales, afin d’en finir avec la situation sociale du pays. A l’exception de la Cstb, toutes les autres centrales étaient présentes. Ce qui selon le secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), Anselme Amoussou, témoigne que ces responsables syndicaux sont ouverts au dialogue et que la situation les préoccupe. Pour lui, il faut noter à nouveau la volonté du président du Ces de contribuer à la sortie de crise.

«Il nous a fait un certain nombre de propositions. Les confédérations ont pris acte des propositions qui ont été faites par le président, et nous avons convenu de nous retrouver pour les analyser », a indiqué le Sg de la Cas-Bénin.

Il a relevé que ces propositions sont une petite avancée, parce qu’elles sont assorties d’une demande de la part du président du Ces adressée aux centrales confédérales.

Les responsables syndicaux ont profité de cette séance pour rappeler au président Tabé Gbian, les exigences des travailleurs pour une sortie de crise. Il a estime que «les deux parties qui sont dans l’impasse doivent comprendre qu’il s’agit de réaliser une paix des braves. Il s’agit de trouver le consensus qui permette à chaque partie de ne pas perdre la face».

«D’un coté, un gouvernement qui ne veut pas céder d’un pouce, de l’autre les travailleurs qui savent très bien que l’enjeu d’aujourd’hui est lié à la dignité de l’enseignant, à la suivie du mouvement syndical», a-t-il relevé. Il pense que le gouvernement est allé d’escalade en escalade. Mais, la position du pouvoir ne doit pas permettre tous les abus comme c’est le cas actuellement avec la confiscation des salaires.

Ces responsables ont saisi l’occasion pour dire au président du CES : «notre volonté permanente, notre main tendue permanente pour trouver une porte de sortie possible à cette crise, semble ne pas être bien traitée par le gouvernement». Anselme Amoussou a précisé que si le président du Ces peut déjà obtenir qu’il y ait un changement de discours, qu’il y ait un changement de comportement de la part du gouvernement, cela permettrait d’aller au dégèle souhaité de tous. Concernant la présence de Christophe Dovonou, secrétaire général Cspib, le Sg de la Csa-Bénin a fait remarquer que chaque centrale a reçu une invitation. Et que ce n’est pas en plein combat que l’on fait un certain nombre de déballages.

«Nous devons éviter de fragiliser le mouvement syndical», a conclu Anselme Amoussou

Commentaires

Commentaires du site 0