Université de Parakou : les dessous de l’interdiction des présents aux jurys

Université de Parakou : les dessous de l’interdiction des présents aux jurys

Les réceptions d’après soutenance et les cadeaux faits aux membres des jurys lors des soutenances de master et doctorat, ne sont plus admis à l’université de Parakou.

Bénin : Le procureur prolonge la garde à vue des étudiants interpellés lors des échauffourées à l’Uac

La décision tombée au cours de la semaine écoulée, vise d’une part à sécuriser l’université et d’autre part à faire économiser des ressources aux impétrants, selon le recteur de cette université Prosper Gandaho, joint au téléphone par notre rédaction.

A compter de cette année académique, les étudiants en année de master et de doctorat à l’université de Parakou, ne sont plus autorisés à offrir des cadeaux aux membres de jury et à organiser des réceptions lors de leurs soutenances. C’est par une note de service datée du 16 avril 2018, et signée du recteur de l’université, Prosper Gandaho lui-même, que cette décision a été signifiée aux membres de l’administration et aux étudiants. Plusieurs raisons sous-tendent cette décision selon les explications du recteur.

Une décision pour lutter contre la corruption

Selon Mr Gandaho, la première raison est de permettre aux futurs candidats aux soutenances de parvenir à réunir les fonds nécessaires à la rédaction du mémoire ou de la thèse. D’après lui, les soutenances occasionnent beaucoup de dépenses et les cadeaux aux membres du jury ne facilitent pas la tâche. « J’ai comme l’impression qu’ils pensent que lorsque les membres de jury sont entrain de délibérer, s’ils ne leur donnent pas des cadeaux cela aura un effet négatif sur leur évaluation. Et par conséquent, des gens qui n’ont pas du tout de moyens sont obligés de s’endetter pour offrir des cadeaux, qui par ailleurs ne sont pas exigés. », s’est insurgé le recteur. « Et ce n’est pas bon pour les universités que les enseignants soient entrain de délibérer et que l’on leur amène des cadeaux. La corruption, ce n’est que ça.», poursuit-il.

Pour la sûreté et la propreté du cadre d’étude

Une autre raison ayant conduit à interdire les réceptions lors des soutenances, c’est de contribuer à la sécurisation et à la propreté des lieux. « Lors des réceptions, les gens jettent des déchets à droite et à gauche, et cela salit l’environnement… créant aussi une insécurité parce que dès que les membres du jury sont servis, on met le reste à la disposition des populations qui se battent.», explique Proper Gandaho, dénonçant aussi le fait que certains élèves des collèges environnant sèchent carrément les cours afin de bénéficier des collations.

Une solution incomplète cependant

Pour certains étudiants, cette décision bien que bonne, ne résout pas le problème de corruption dans son entièreté. Pour ces derniers, il va falloir aussi trouver une solution pour éviter le rançonnement dont font l’objet les impétrants de la part de certains directeurs de mémoire, qui exigeraient des crédits de communication et autres lors de la rédaction des mémoires et thèses. Sur ce point, le recteur affirme entendre des rumeurs mais attend une preuve pour prendre les mesures adéquates. «Nous apprenons selon les rumeurs, que certains directeurs exigent de la part de leurs élèves des présents, des boissons, des feuilles. Ça c’est des rumeurs. Nous n’avons pas vérifié. Ça aussi ce n’est pas une bonne chose. D’autres mesures peuvent venir si c’est vraiment avéré.», a laissé entendre Prosper Gandaho. En attendant que les pistes soient trouvées pour mettre également fin à cet état de choses, les étudiants de Parakou peuvent pour l’instant pousser un ouf de soulagement face à leurs dépenses qui vont s’amoindrir

Commentaires

Commentaires du site 0