Cos-Lépi au Bénin : Le député Janvier Yahouédéhou déjoue les pronostics

Cos-Lépi au Bénin : Le député Janvier Yahouédéhou déjoue les pronostics

Quelques heures après leur prestation de serment devant les sages de la Cour constitutionnelle, et suite au toilettage des textes régissant le Conseil

Ravip à Cotonou au Bénin : Des difficultés à repérer les centres d’identification

Quelques heures après leur prestation de serment devant les sages de la Cour constitutionnelle, et suite au toilettage des textes régissant le Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi (Cos-Lépi), tous les neuf membres désignés par l’Assemblée nationale et le chef de l’Etat, se sont retrouvés dans la même journée d’hier au siège de l’institution à Agblangandan, pour procéder à l’élection du bureau de cette structure.

Les tractations ont été rudes, aussi bien entre les membres que les blocs de la majorité et de la minorité parlementaire. Au terme de l’élection au poste de président du Cos-Lépi, c’est le député Janvier Yahouédéhou (qui a recueilli cinq voix), qui a pu tirer son épingle du jeu en damant le pion à son collègue du Prd, l’honorable Padonou Corneille (qui en a recueilli quatre). Mais les postes de vice-président et rapporteur, ont été respectivement occupés par le député de la minorité parlementaire Justin Adjovi (qui a recueilli sept voix sur les neuf), et Sabai Katé (aussi sept voix sur les neuf). A la lecture de ces résultats obtenus, le candidat du Prd qui est aussi de la majorité parlementaire, malgré le soutien dont il a bénéficié de la part de ses collègues de la minorité, n’est pas arrivé à capitaliser une majorité simple pour se faire élire président de la structure.

Tandis que son challenger, le député Janvier Yahouédéhou, aussi membre de la majorité parlementaire, aurait bénéficié quant à lui du soutien franc de deux collègues de la majorité (l’honorable Gildas Agonkan et son collègue Sabai Katé), et ceux des représentants de l’Etat-civil et de l’Insae, pour se faire plébisciter à la tête du Cos-Lépi… Autrement dit, le chef de l’Etat aurait peut-être préféré « Pierre à Paul », c’est-à-dire Janvier Yahouédéhou à Padonou Corneille. La bataille de leadership ne fait que commencer au sein du grand bloc, soutenant les actions du chef de l’Etat à l’Assemblée nationale

Commentaires

Commentaires du site 0