Affaire Laurent Mètongnon : Les plaidoiries de la défense éclairent les zones d’ombre du dossier

Affaire Laurent Mètongnon : Les plaidoiries de la défense éclairent les zones d’ombre du dossier

Il a fallu prendre part à l’audience d’hier mercredi 27 juin 2018 consacrée aux plaidoiries des parties, pour mieux cerner ce dossier qui jusqu’ici était servi à l’opinion avec opacité, manipulation et économie de vérité.

Affaire Mètongnon au Bénin : La pratique de la justice à l’épreuve du droit

Les plaidoiries de la défense ont permis à l’assistance de comprendre les points ombrageux de cette affaire tonitruante. Que de révélations entendues hier au tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Les plaidoiries de la défense ont éclairé l’assistance sur ce qui apparaissait comme une vérité établie. Déjà sur le rapport de la commission bancaire de l’Uemoa qui n’a pas été produit à la défense sous le prétexte de la confidentialité, Me Robert Dossou a produit des dispositions de cette commission qui prévoit que la confidentialité soit levée lorsqu’il est question de procès. Ce qui n’a pas été le cas.

C’est donc sur la base d’un rapport fantôme que les accusations du conseil des ministres ont été produites, s’exclamaient des avocats au prétoire. Sur le placement de dépôts à terme par la Cnss auprès des banques, la défense a révélé que c’est au total trois cents (300) milliards Fcfa qui ont été répartis. Ainsi sur les 300 milliards placés, seuls 16 milliards ont été placés à la Bibe. Pourtant, l’évocation de cette affaire donnait l’impression que c’est le budget entier de la Cnss qui a été placé auprès de la Bibe.

C’est dire que deux cent quatre-vingt six (286) milliards ont été placés auprès des autres banques béninoises. La défense a aussi démontré que l’argent placé auprès de la Bibe n’est pas hypothéqué, mais qu’il peut être récupéré lorsque le terme des dépôts sera arrivé. Il y  avait donc dans la présentation des faits depuis le conseil des ministres, l’idée de livrer à la vindicte populaire les administrateurs de la Cnss.

Laurent Mètongnon n’a pas décidé seul

L’autre éclairage porte sur la procédure de délibération au sein du conseil d’administration de la Cnss. L’accusation et avant elle le conseil des ministres, a laissé croire que c’est le président du conseil d’administration, Laurent Mètongnon, qui a décidé de revoir à la hausse le montant des placements. Pourtant, les avocats de la défense révèlent que les décisions au sein du conseil d’administration dont les membres étaient passés de 9 à 6, se prenaient à l’unanimité. On ne peut donc pas dire que c’est Laurent Mètongnon qui a décidé tout seul de relever le montant à placer. Et c’est cet argument qui fait tomber l’accusation d’abus d’autorité.

La défense a aussi démontré que le témoignage de Romain Boco, ne provient pas de lui-même, mais des personnes externes au procès. La défense a rappelé que ce dernier a avoué à la barre qu’il était dans ses champs lorsque son téléphone a sonné pour lui demander de venir faire un témoignage dans le cadre d’un procès. La défense a aussi rappelé au juge les propos de ce même témoin qui confessait avoir reçu de la police, la liste des noms des personnes et des montants qu’il devrait déclarer.

C’est pour cela que la défense a rappelé au juge les contradictions décelables  entre les montants cités lors de sa déposition à la police et ceux devant la barre, prétextant parfois l’oubli. La défense a démontré au procureur que c’est sur la base des accusations pour lesquelles les preuves n’ont pas pu être produites que les mis en cause sont en détention depuis sept mois

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire

    😨😨😨

  • Avatar commentaire
    Kotchikpa katché Armel Étudiant en sociologie anthropologie licence 3a l'UP option médiation sociale et facilitation de développement Il y a 5 mois

    c’est bizarre que toutes les valeurs humaines ne disent rien aux dirigeants et aux décideurs; seul Dieu peut mieux juger

  • Avatar commentaire
    Bizzztttb Il y a 5 mois

    J’ai suivi ce procès surtout les plaidoyers…la défense à prouver avec brio que les accusations portés contre Laurent METOGNON et consorts sont de fausses accusations et ne sont pas fondés..les contradictions du sieurs BOKO et le témoignage de l’inspecteur général des finances montrent bien que c’est un procès politique..aucune preuve n’a été apportés que les détenus ont perçus de l’argent…seul le sieur BOKO dit avoir donné de l’argent aux accusés et que d’ailleurs c’est la police qui lui aurait donné la liste des prévenus lui demandant de mettre devant chaque nom combien il a donné à chaque personne..Chers lecteurs c’est bien malheureux pour notre pays que la justice soit manipulé à cet point…

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    et malgré ces démonstrations impeccables , probantes des arguments des avocats des mis en cause , metognon et consorts , ce juge azo ( pour azo hezounyê ” et ce procureur , tous aux ordres de talon , ils seront condamnés , ainsi , ils ne pourront parler . Si ce n’est un procès politique , un procès en ” sorcellerie ” ça , qu’on me dise ce que c’est ! Talon va le payer , il va le payer trés trés cher , qu’il en soit certain .

  • Avatar commentaire
    KOFFI Bienvenu Il y a 5 mois

    Dieu est le grand juge. Qui tue par l’épée périra par ce même épée et tout ce paie sur cette terre.