Sommet avec Poutine : les démocrates veulent coincer Trump

Sommet avec Poutine : les démocrates veulent coincer Trump

La rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump, il y a quelques jours, n'a pas fini de sucsciter des réactions du côté des États-Unis.

Bouton nucléaire nord-coréen : la réponse de Donald Trump à Kim Jong-Un

En effet, la classe politique américaine, dans son ensemble, n’a pas encore digéré la conduite du président américain face à l’homme fort du Kremlin, quand ceux-ci ont donné une conférence de presse mutuelle au sortir de leur entrevue. C’est tout le microsome politique américain, qui est actuellement scandalisé par la prestation jugée désastreuse de Donald Trump à Helsinki.

Le président américain, était en voyage d’État depuis quelques semaines. Il a notamment rencontré ses homologues européens et on peut le dire, il n’a pas utilisé la langue de bois pour critiquer les différentes politiques de ces derniers, notamment les dirigeants de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, qui ont essuyé, des propos virulents de Trump lors de leur rencontre.

Le point d’orge de ces voyages d’État, fut la rencontre avec le président Russe à Helsinki. Contrairement à la posture agressive qu’il a adoptée face aux autorités de l’UE, Donald Trump a semblé plus craindre le président Russe et a préféré adopter une attitude beaucoup moins offensive.

C’est cela, qui a consterné bon nombre de figure de la politique américaine. Démocrates et Républicains confondus.

L’ingérence Russe dans la présidentielle américaine

Au sortir de leur tête à tête, le président américain a déclaré en conférence de presse, que Vladimir Poutine lui a confirmé que la Russie n’a pas interféré dans là l’élection présidentielle américaine de 2016, ajoutant qu’il avait foi au président Russe. Donald Trump, a donc dans une certaine mesure contredit ses propres services de renseignements, qui eux sont formels, la Russie a bel et bien interféré dans la course à la présidence aux États-Unis.

la volte face de Donald Trump

Face au tollé, suscité par ses déclarations, le président américain a tenté d’éteindre le feu, en affirmant que ces propos ont mal été interprétés. De retour à la maison blanche, lors d’une conférence de presse, Trump a prétexté un lapsus pour sa défense. Il affirme, que lors de sa conférence de presse à Helsinki il a voulu dire: “Je ne vois aucune raison pour laquelle cela NE serait PAS la Russie” au lieu de “Je ne vois aucune raison pour laquelle cela serait la Russie (qui se serait ingérée dans l’élection)”.

la réaction des Démocrates

les démocrates, opposants féroces aux différentes politiques du président américain, utilisent cette situation inconfortable pour le locataire de la maison blanche afin de le mettre, un peu plus en difficultés.

Le camp démocrate, fait actuellement pression pour que l’interprète qui a assisté aux échanges entre les deux présidents puisse venir témoigner devant le congrès, et révéler ce que les deux dirigeants se sont vraiment dits. Voici en substance ce que réclament, les élus démocrates

“Nous voulons que l’interprète vienne devant la commission. Nous voulons voir les notes”, a dit à un média le sénateur démocrate Bob Menendez, membre de la commission des affaires étrangères. “Nous allons engager d’énormes efforts pour essayer de savoir ce qui s’est passé”, a-t-il ajouté.

Un autre élu démocrate, en l’occurrence la sénatrice  Jeanne Shaheen juge, qu’une audition de l’interprète pourrait aider les élus et les Américains en général à “déterminer ce qui a été spécifiquement discuté et conclu au nom des Etats-Unis”.

Bref, le camp démocrate est en train de passer à l’action, pour mettre le plus possible dans l’embarras, le président Trump.

Commentaires

Commentaires du site 0