Glyphosate dans la culture cotonnière au Bénin : un danger pour la santé des cultivateurs

Glyphosate dans la culture cotonnière au Bénin : un danger pour la santé des cultivateursPhoto : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le glyphosate suscite actuellement beaucoup d’inquiétudes chez les populations avec la condamnation aux Etats-Unis, ce week-end de la société Mosanto.

Bénin : Démarrage ce jour à Cotonou de la 5ème session ordinaire du C4

Cette situation attire l’attention sur la nécessité aujourd’hui de trouver des alternatives au glyphosate, cet herbicide prisé dans la culture du Coton au Bénin mais dont la dangerosité bien que non totalement confirmée n’est pas tout à fait écartée par les études. Avec la condamnation vendredi 10 août 2018 à San Francisco (Etats-Unis) du géant américain de l’agrochimie Monsanto dont l’herbicide Roundup a été jugé cancérigène (parce qu’ayant comme molécule de base : le glyphosate), les populations s’inquiètent au Bénin.  

Une inquiétude qui est tout à fait justifiée vu que le produit en question est abondamment utilisé dans le pays pour la production du Coton. Rien qu’en avril 2018 par exemple c’est 500 000 litres de glyphosate qui ont été réceptionnés sur 900 000 litres attendus pour la campagne cotonnière 2018-2019. L’impact que peut avoir ce produit sur les cultivateurs au Bénin est donc considérable. Avec le verdict de ce procès c’est une nouvelle sonnette d’alarme qui est tirée à l’endroit des autorités politico-administratives en charge de l’agriculture au Bénin. En effet, bien que ce soit ce procès qui révèle au grand nombre la probable dangerosité de ce produit, plusieurs faits doivent inciter à l’abandonner et à trouver d’autres alternatives par prudence.

Prohiber le glyphosate pour la santé des populations

Même s’il n’a pas encore été prouvé à 100% que le glyphosate soit cancérigène, plusieurs études tendent à incriminer cette substance. En 2015, le centre international de recherche sur le cancer (Circ) avait classé le glyphosate comme une substance ‘’probablement cancérigène’’. Des études publiées cette année dans la revue scientifique The lancet font également fait état de ce que cette substance présente des risques de cancer du sang et des impacts négatifs sur les organes de détoxification de l’organisme (foie, reins…etc). Et même si l’Organisation Mondiale de la santé (Oms) estime de son côté que le risque cancérigène du glyphosate est improbable, l’organisation n’a cependant pas rejeté la thèse du Circ. L’institution internationale a d’ailleurs comparé la substance aux rayons ultraviolets qui sont classés comme cancérigènes alors que l’exposition au soleil ne l’est pas. Mais avec la condamnation de la société Monsanto ce vendredi, l’interdiction de l’utilisation agricole peut se profiler à l’horizon. Encore que ce procès n’est pas isolé. Des milliers de procès sont en cours contre Monsanto aux Etats-Unis à cause de son herbicide Roundup, à en croire la télévision CNN. Cette condamnation peut être donc la première d’une longue liste.

Au Bénin où les populations n’ont pas les moyens pour se payer des avocats, le mieux est de prévenir cette situation et espéré que ce produit n’a pas encore eu des conséquences sur la vie de ses utilisateurs. Si on a pu voter une loi contre le sachet plastique non biodégradable, ce ne serait que normal qu’on puisse aussi trouver une astuce pour cesser l’importation de ce produit dans le pays. En France, le président Emmanuel Macron a déjà annoncé que le glyphosate serait interdit dans le pays au plus tard dans les trois prochaines années. En Hexagone, on pense déjà à remplacer cet herbicide controversé par entre autres des désherbants biologiques.

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 3 mois

    Ce qui se passe au Bénin est un cas d’école. Le président de la République qui est habileté à prendre des mesures urgentes de protection de la population en interdisant l’importation de ce produit a le monopole de son importation. Que va t’il choisir : la santé des béninois ou sa prospérité personnelle? Un gros problème de conscience se pose aussi à ses supporters.

    • Avatar commentaire
      Tonagnon Il y a 3 mois

      Va t-il continuer à nous dire que mélanger commerce et politique est une bonne chose ?

    • Avatar commentaire
      Jean-Pierre FY Il y a 3 mois

      Entre l’argent (des sommes astronomiques)et la population, vous pensez qu’il va penser à un choix une milliseconde ? Croire qu’il est humain est déjà difficile !

  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 3 mois

    Talon se fait plus de fric et ce sont les pauvres paysans qui ramassent les pots casse’s.

  • Avatar commentaire

    madampol..et ollah…!!!…moi je rigole..

    En tant que sultan…voilà..bientot..20 ans…que personnellement…j’ai fait du probleme de l’environnement..une affaire personnelle..

    J’ai été mis en minorité…au sein meme du fard alafia..par mes ainés…qui me trouvaient..sectaire,excessif…tranchant..

    Moi..j’ai fait mon enfance..mon adolescence..avec des gens..qui aujourdhui..ont l’air d’etre mon père..parce que coton culteurs..

    Aussi..fils de paysans…j’ai vu la nature..se dégrader…en fonction du temps…

    Quand..on fait le bilan…que gagnent ces paysans…?…rien..puisque leur niveau de vie…ne s’améliore de vie….

    meme le golo golo..ils ne peuvent plus faire…

    En conclusion…on nous tue..en s’enrichissant

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 3 mois

      Aziz , alors il faut nous enrichir en les tuant 

    • Avatar commentaire
      zobinard le bouseux de campagne Il y a 3 mois

      Tout petit je me souviens que quand je sautai dans l’herbe… des millier de petites bettes bondissait dans tout les sens…et maintenant plus rien tout est mort reste plus que la vermine; moucheron moustique frelon asiatique et j’en passe…désolant

      • Avatar commentaire
        Jean-Pierre FY Il y a 3 mois

        C’est blettes (Beta vulgaris) ou bette qu’il faut lire ?
        Sans Bescherelle (ou dictionnaire) c’est difficile de se battre contre eux !

    • Avatar commentaire
      Jean-Pierre FY Il y a 3 mois

      Et vous ne vous servez que de “sultan, moi je” pour expliquer ce que vous n’avez pas fait : pas un groupe, un mouvement une assoce, etc.. Vous ne vous servez que des posts, le Bénin est sauvé avec des héros comme vous !!!!!

    • Avatar commentaire
      Jean-Pierre FY Il y a 3 mois

      Je viens de lire ça, et vous ne voyez pas le danger arriver ? Vous croyez au dons vous ?
      La Chine vient d’accorder au Bénin un prêt de 50 milliards de francs CFA pour faciliter l’accès à l’eau potable aux populations du département des Collines (centre du Bénin). Le montant du prêt servira au financement d’une partie du programme de fourniture de l’eau potable aux populations du pays à l’horizon 2021.

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 3 mois

    Une petite erreur, c’est glyphosate et non glysophate.
    Ceci dit, tant mieux si la presse s’empare du débat sur la qualité des intrants chimiques dans notre agriculture.
    Le principe de précaution devrait être la règle chez nous vu notre pauvreté et notre incapacité à faire face à une éventuelle catastrophe sanitaire provoquée par ces produits.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 3 mois

      Madampol , Merci d’avoir signaler ” principe de précaution ” comme règle pour limiter les dégâts sur la population qui cultive le coton et même au delà ; mais talon qui n’a rien à foutre de la vie de cette population , pourvu que ses comptes en banque soient garnis , va même inonder les champs pour voir augmenter le rendement des champs de coton 

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    Notre Bénin, et le reste de l’Afrique devraient se méfier d’introduire sur le continent des produit chimiques et leurs méfaits nuisibles sur la santé des agriculteurs et professions ayant recours aux produits  à risque cancérigène. La compagnie Multinationale Monsanto est une compagnie à fuir, et ses produits devraient être interdits sur tout le continent.
    L’Afrique n’est pas équipée pour faire face aux dangers que les utilisateurs courent en utilisant ces produits chimiques nuisibles.

    • Avatar commentaire
      Jean-Pierre FY Il y a 3 mois

      En France non plus nous ne sommes pas équipé hélas, pour nos sois-disant écolo, il n’y en a plus, ce sont désormais des écolo-politique et l’argent est leur moteur, pas notre planète ni la nature (voir Hulot) et le dire..