Affaire Mélenchon : la phrase choc de Sophia Chikirou

Affaire Mélenchon : la phrase choc de Sophia ChikirouPhoto : VINCENT ISORE / MAXPPP

Accusée de détournements de fonds publics, Sophia Chirikou s'est montrée très offensive, assurant n'avoir rien à se reprocher concernant le service rendu par sa société au parti de la France Insoumise à l'occasion des dernières présidentielles.

France : Dieudonné écrit à un terroriste pour comprendre son état d’esprit

Invitée chez Ruth Elkrief à l’occasion d’un entretien sur la chaîne d’information BFM TV, Sophia Chirikou, ex-directrice de la communication pour Jean-Luc Mélenchon, a balayé d’un revers de la main les accusations dont elle est la cible. En effet, selon les forces de l’ordre, sa société est accusée de détournement de fonds publics à l’occasion de la dernière campagne présidentielle.

Chirikou réfute les accusations de fraudes

Interrogée par les enquêteurs, cette dernière aurait ainsi assuré qu’il n’y a eu aucune fraude, ajoutant au passage que la campagne menée par Jean-Luc Mélenchon a été la moins onéreuse des cinq premiers candidats de la dernière élection. Tout a en fait débuté après que la Commission des comptes de campagne ait alerté le parquet de Paris sur une possible surfacturation de la part de sa société, Mediascop, au parti de la France Insoumise. Résultat ? Trois perquisitions ont eu lieu, dont une à son domicile, une dans les locaux de sa société ainsi qu’un chez son expert-comptable. 

Selon elle, tout est d’ailleurs très bien détaillé dans les factures émises à l’encontre des responsables financiers du parti d’extrême gauche. Au niveau des tarifs ? Des prix très bas, comme elle le détaille. Selon elle, la société travaillant pour le candidat PS, Benoît Hamon, a facturé 286.000 euros pour quelques vidéos alors qu’elle, n’a facturé « que » 90.000 euros pour en réaliser 89.

Satisfaite de son travail, Sophia Chirikou estime tout de même être victime d’une campagne de désinformation qui ne la feront toutefois pas changer d’un pouce. «Je ne baisserai pas les yeux, pour me les faire baisser, il faudra me les crever. Je n’ai rien à me reprocher » a-t-elle ainsi déclaré, ajoutant être en mesure de mener à bien la partie communication de la France Insoumise dans le cadre de la campagne des prochaines élections européennes. Une manière de dire qu’elle n’a pas été atteinte par ces accusations et que son travail, dont elle est satisfaite, lui donne une certaine légitimité afin de continuer sur cette voie là.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire

    Quelle foutaise cette campagne médiatique de dénigrement ! Heureusement, nous ne sommes pas dupes. LFI est la bête noire du monde de la finance, tout est bon pour les déstabiliser. Perso, je suis d’autant plus convaincu que LFI est l’avenir tant le libéralisme est mortifère.