Après les USA, la France porte une grave accusation contre l’Iran

Après les USA, la France porte une grave accusation contre l’Iran

Les relations entre les États-Unis et l'Iran sont exécrables depuis de nombreuses années. Sous l'administration Obama, les relations s'étaient quelque peu normalisées. Mais l'arrivée de Trump au pouvoir a ravivé de fort belle manière les tensions.

Crise des migrants : Laurent Wauquiez critique violemment Emmanuel Macron

Une fois élu à la tête de la maison blanche, Donald Trump a immédiatement remis en cause l’accord sur le nucléaire conclut sous le mandat de son prédécesseur. Depuis, les deux États se regardent en chien de faïence et s’affrontent à coup de déclarations fracassantes. Avec la prolifération des réseaux terroristes, les américains accusent notamment l’Iran de soutenir dans l’ombre plusieurs mouvements terroristes, chose que Téhéran a toujours réfutée. Tout récemment, c’est une autre grande puissance, qui a pointé un doigt accusateur en direction de la république islamique d’Iran.

La France accuse l’Iran d’avoir préparé un attentat, il y a quelques mois, près de Paris. Les autorités françaises ont mis en cause le ministère iranien du Renseignement. Un diplomate français, sous couvert de l’anonymat, a livré ceci: “Une enquête longue, précise, détaillée de nos services, permet d’arriver à la conclusion sans aucune ambiguïté de la responsabilité du ministère du Renseignement dans ce projet d’attentat”. L’acte terroriste a semble t-il été déjoué contre un rassemblement des Moudjahidine du peuple, un mouvement d’opposition iranien

Auparavant, les autorités françaises  avaient annoncé le gel des avoirs en France de la direction de la Sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement ainsi que de deux individus iraniens, qui sont fortement soupçonnés d’être derrière le projet d’attaque terroriste à l’explosif à Villepinte, près de Paris. En tout, cet été, trois individus, dont un diplomate iranien, avait été arrêté dans le cadre des investigations.

L’État chiite, par la voie du porte-parole du ministère des affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi, a vivement réagi face à ces accusations: “une fois encore, nous démentons avec véhémence ces accusations (…). S’il y a un malentendu à propos d’une chose qui n’existe pas, qu’il s’agisse d’une conspiration ourdie par d’autres ou d’une erreur, nous pouvons nous asseoir et en parler”

Commentaires

Commentaires du site 0