France : ce que vit Macron n’est pas exceptionnel, l’histoire le montre

France : ce que vit Macron n’est pas exceptionnel, l’histoire le montre

Non, la mauvaise passe dans laquelle se trouve actuellement Emmanuel Macron n'est pas une exception. En effet, ses prédécesseurs ont eux aussi connu une chute dans les sondages, exactement à la même période.

Chômage en France : Macron sermonne un jeune

Relativement bas dans les sondages, le président français Emmanuel Macron apparaît comme étant très affaibli aux yeux des Français, la faute à une attitude qualifiée d’autoritaire et hautaine, quoique courageuse. Les réformes s’enchaînant, les Français ont également un peu de mal à suivre le rythme effréné du chef de l’État qui ne compte cependant pas changer de cap.

Hollande et Sarkozy ne faisaient pas mieux à la même époque

Cependant, le fait qu’un président ait une opinion aussi défavorable n’est pas chose inédite au sein de la République puisque Nicolas Sarkozy et François Hollande ont, eux aussi, eu énormément de mal au cours des premières années de leur mandat. À la même période, François Hollande satisfaisait 23% des citoyens français, contre 37% pour Nicolas Sarkozy.

François Hollande, tout d’abord, avait détonné en 2012, lorsque ce dernier est parti en vacances alors que les Français eux étaient empêtrés dans une improbable crise liée à la hausse successive de nombreux impôts. Résultat, le chef de l’État a provoqué l’ire de la population et semblait ne pas prendre la réelle mesure de ce que la classe moyenne était en train de vivre. Quelques semaines plus tard, l’affaire Cahuzac éclatait, laissant un énorme point d’interrogation sur la « République exemplaire » prônée par le président de la République.

De son côté, Nicolas Sarkozy, qui promettait une hausse du pouvoir d’achat, s’est vite emmêlé les pinceaux, au point même de mettre sa vie privée en avant. Son            « avec Carla, c’est du sérieux », avait beaucoup fait rire à l’époque, mais surtout, énervé une belle partie de la population qui a alors estimé que le président mettait plus en avant son cas personnel que la vie des Français.

Une remontée qui ne s’est pas inscrite dans la durée

Cependant, les deux présidents ont ensuite connu un regain d’enthousiasme. Nicolas Sarkozy s’est imposé comme une véritable figure en tentant de lutter avec les moyens de bord contre la crise économique et financière de 2008.

François Hollande, lui, était monté au front à l’occasion des attentats de Paris, faisant preuve d’une extrême fermeté, qualité jusqu’alors inconnue des Français. Ces pics ont cependant été atténués sur la durée où les deux présidents ont continué à perdre en popularité.

Commentaires

Commentaires du site 0