France : malgré le refus de Macron, Gérard Collomb veut quitter le gouvernement

France : malgré le refus de Macron, Gérard Collomb veut quitter le gouvernementPhoto : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

En France, Gérard Collomb semble bel et bien décidé à ne plus rester ministre de l'Intérieur, au point même de devenir un véritable fardeau pour l'exécutif qui ne sait pas vraiment comment traité cette affaire.

France : Macron qualifié de “Madoff de la politique” par la droite

Gérard Collomb persiste et signe. En effet, le ministre français de l’Intérieur a décidé de confirmer sa démission, invitant le président Macron à l’accepter. Pour rappel, ce dernier l’a refusé la veille. La raison de cette envie soudaine de partir ? Gérard Collomb est un homme très attaché à la ville de Lyon, dont il est le maire. Cependant, ses fonctions ministérielles l’empêchent de s’impliquer pleinement dans sa ville.

Collomb, souhaite s’impliquer localement

Résultat, ce dernier a tranché et a décidé de briguer un nouveau mandat à la mairie, en 2020. Une décision qui a pris de court le Premier ministre qui ne s’imaginait pas avoir à gérer le départ d’une nouvelle personnalité forte du gouvernement. Ce dernier a d’ailleurs fustigé les attaques incessantes d’un Gérard Collomb, « déjà à l’extérieur du gouvernement ».

Cependant, Gérard Collomb assure avoir tenté de jouer franc jeu, ne souhaitant pas perturber les activités du ministère de l’Intérieur. Arguant d’avoir été clair vis-à-vis des citoyens et des Lyonnais, c’est avec une certaine envie de se battre que Gérard Collomb a confirmé vouloir quitter son poste. Bien entendu, ce dernier assure avoir du mal à imaginer sa nouvelle vie loin de son ministère, lui qui repart à la conquête d’une mairie qu’il a dirigé entre 2001 et 2017.

Une épine dans le pied, pour le gouvernement

Problème, si cette clarté envers les citoyens semble être louable, Collomb n’hésite pas de l’autre côté, à clasher à tout-va. Récemment, « le premier flic de France », a d’ailleurs été qualifié de « ministre à mi-temps », tandis que le chef de l’État lui, ne souhaite rien entendre. Son remaniement, il l’effectuera en temps voulu et non plus au gré des envies de départ de ses troupes. Il faut dire que le coup est dur pour l’exécutif qui, après avoir perdu Nicolas Hulot et Laura Flessel, se retrouve à devoir batailler afin de garder l’une de ses figures les plus incontournables.

Commentaires

Commentaires du site 0