Grossesse : l’OMS appelle à réduire les césariennes

Grossesse : l’OMS appelle à réduire les césariennes

L’Organisation mondiale de la santé n’encourage pas l’accouchement par césarienne. L’institution onusienne appelle à la réduction des naissances par ce procédé dès lors que les femmes ont la possibilité d’accoucher par voie naturelle.

L’Oms aguerrit les acteurs béninois dans la sécurité sanitaire

L’Oms est inquiète de l’augmentation du nombre de césariennes dans le monde depuis quelques années. Selon une étude, le taux de césariennes a presque doublé entre 2000 et 2015.Il est passé de 12% à 21%. C’est dans les pays riches ou à revenus moyens que les femmes priorisent ce type d’accouchement. Elles le font par peur du travail ou des lésions du plancher pelvien. L’Oms pense que la plupart des césariennes pratiquées dans le monde sont inutiles et exposent celles qui subissent l’opération à des risques évitables. Un accouchement naturel crée moins de désagréments qu’une césarienne.

Celle qui a subi une opération chirurgicale se rétablit moins vite .De plus, elle est exposée à des risques de complications comme des saignements. Selon l’Oms, 10 à 15% de toutes les  naissances nécessitent une intervention  chirurgicale et pas plus . Mais elle constate que 60%  des pays riches ou à revenus moyens font recours à ce type d’accouchement. A contrario, seul 25% des pays en voie de développement utilisent les césariennes.

Pour Jane Sandall, une experte en santé maternelle du King’s College de Londres, « les césariennes sauvent des vies (dans les cas de complications et il faut) améliorer l’accessibilité dans les régions plus pauvres ». Elle prévient cependant, qu’il ne faut pas en abuser.

 

Commentaires

Commentaires du site 0