Migrants en France : Médécins du monde dénonce les conditions d’accueil

Migrants en France : Médécins du monde dénonce les conditions d’accueilPhoto d'illustration campement de migrants. Capture écran : France 2

Face à l'afflux de migrants dont l'état de santé laisse à désirer, l'ONG Médecins sans Frontières a, dans son rapport "l'Observatoire de l'accès aux droits et aux soins", dressé un portrait peu reluisant de l'hospitalité à la Française.

La vidéo d’un prêtre qui gifle un bébé pendant son baptême enflamme la toile

Médecins du Monde tape du poing sur la table. En effet, dans son 18e rapport sur l’Observatoire de l’accès aux droits et aux soins, l’ONG revient sur l’accueil des migrants en France et les conditions dans lesquels ces derniers sont amenés à vivre. Résultat ? Le constat est sans appel. Qu’ils soient jeunes, vieux, de sexe masculin ou féminin, tous n’hésitent plus à placer leur santé dans la case des priorités à oublier.

Des migrants à bout de forces et mal accueillis

Selon Yannick le Bihan, médecin pour l’organisation, sur les 24,338 personnes accueillies dans les Centres d’accueil, de soin et d’orientation (CASO)97% d’entre elles sont étrangères. Sur ces 97% d’étrangers, 41% se trouvent d’ailleurs dans une situation irrégulière. La demande est telle que dès 11 heures du matin, les CASO se voient d’ailleurs dans l’obligation de refuser certaines personnes. En effet, les centres sociaux et centres d’accueil ne peuvent plus faire face à la demande croissante, ces derniers étant saturés. 

Afin de mieux « trier » les demandes, plus de facteurs de gravités sont désormais pris en compte. Ainsi, afin de pouvoir rencontrer une assistante sociale, il faut que les personnes demandant de l’aide cumulent plusieurs facteurs de fragilité comme « être une femme avec un enfant en bas âge, ou atteinte du Sida ». Même musique du côté de la prise en charge des mineurs puisque les CASO, qui se sont occupés de 64 mineurs non accompagnés en 2011, ont vu la demande exploser et ont dû travailler avec 1.700 enfants seuls en 2017.

Des personnes qui sont “déshumanisées, dévalorisées”

Parmi les maladies les plus communes ? La maladie de la rue. En effet, les personnes arrivant sur le sol français sont généralement en bonne santé au moment de poser le pied par terre. Problème, la situation est telle que très vite les conditions se dégradent. Pollution, mouvements constants, les migrants souffrent principalement de problèmes ostéo-articulaires, digestifs et parfois, dermatologiques. 

Deuxième point, les maladies de type diabète ou hypertension qui, non-suivies, mettent des vies en péril. Enfin, les maladies liées aux souffrances mentales. La dureté de l’accueil en pousse beaucoup à la dépression et aux tentatives de suicide. Selon Aurélie Denoual, coordinatrice médicale dans le littoral Nord de la France, les migrants sont en fait déshumanisés, dévalorisés. Utilisant des noms d’animaux afin de se présenter, ces derniers sont perdus et ne savent plus ou se mettre. Résultat, pointés du doigt, leur force mentale a tendance à en prendre un coup.

Commentaires

Commentaires du site 0