Alors qu’il entrevoyait l’espoir d’une libération contre versement d’une caution, Carlos Ghosn a vite déchanté. En effet, ce dernier a de nouveau été arrêté pour « abus de confiance aggravé ».

Nouveau coup dur pour Carlos Ghosn. En effet, l’ancien patron de l’alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, vient d’être visé par un nouveau mandat d’arrêt en ce vendredi 21 décembre, pour « abus de confiance aggravé ». Alors que l’espoir d’une libération sous caution était de mise, cette nouvelle annonce rebat les cartes.

Adulé puis pointé du doigt, la descente aux enfers de Carlos Ghosn

Arrêté le 19 novembre dernier alors qu’il venait tout juste d’atterrir à Tokyo, l’un des hommes les plus puissants de l’industrie automobile était alors soupçonné d’avoir dissimulé une énorme partie de ses revenus au fisc. Dans les faits, Ghosn aurait évité de déclarer 38 millions d’euros (soit, 5 milliards de yens) au cours de la période 2010-2015, et 31,1 millions d’euros (soit, 4 milliards de yens) sur la période 2015-2018. Âgé de 64 ans, ce dernier a très vite été entendu par les forces de l’ordre avant d’être finalement placé en détention. 

Une véritable descente aux enfers pour celui qui était alors adulé au pays du Soleil Levant. En effet, outre le fait d’avoir appris la langue, ce dernier a fortement contribué au redressement spectaculaire de Nissan, alors au bord de la faillite. L’amour du peuple japonais pour Ghosn est tel que ce dernier a même eu le droit à son propre manga, la fameuse bande-dessinée nationale.

Contre Ghosn le parquet ne lâche pas l’affaire

Cependant, suite à ces déboires, Ghosn a entrevu l’espoir d’une libération sous caution après que le tribunal de Tokyo ait décidé de refuser l’extension de sa garde à vue portant sur les charges de dissimulation de revenus. Le procureur de la République a alors fait appel, cependant, le juge en charge de l’affaire a préféré le rejeter. Toutefois, le parquet, visiblement vexé et relativement énervé d’avoir été désavoué, a décidé de l’arrêter de nouveau, cette fois-ci pour « abus de confiance aggravé » Résultat ? Carlos Ghosn va de nouveau passer 48h en garde à vue. En cas d’inculpation, il pourrait retourner derrière les barreaux pour une durée de 10 jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom