L’actuel Président de la FIFA ne fait pas l’unanimité. Au cours d’une récente interview, le dirigeant de cette instance mondiale du football a été critiqué par le président de la fédération allemande pour son manque de transparence.

Ca grogne dans le monde du football. Reinhard Grindel, le président de la Fédération allemande de football (DFB) n’est pas du tout content de la gestion actuel de la FIFA et il ne compte pas cacher son opinion. Dans une récente interview à un site spécialisé dans le domaine sportif, ce dernier  a invité la FIFA à engager “un processus de discussion ouvert” en impliquant les acteurs. 

«Je serais satisfait si la Fifa lançait un processus de discussion ouvert, et si les principaux concernés, c’est à dire les clubs, les ligues et les fédérations, étaient beaucoup plus impliqués dans les discussions», a affirmé Grindel qui estime que le manque de transparence du Président Infantino renforce les préjugés sur cette instance mondiale .

Création d’une task force

Un des projets envisagés par le Président Infantino suscite de nombreuses interrogations. En effet, il projette la création d’une Ligue des nations mondiale et d’un Mondial des clubs. Dans ce cadre, des droits de la Fifa seront octroyés à des investisseurs pour douze ans qui seraient disposés à débourser 25 milliards de dollars pour l’organisation du tournoi. Les contours des arrangements ne sont pas encore clairs. Ce qui amène le dirigeant du football allemand à penser à la création d’une task force qui va permettre de voir toutes les options sur la table.

Dans le cadre de l’organisation du tournoi des clubs, des droits de la Fifa seront octroyés à des investisseurs pour douze ans qui seraient disposés à débourser 25 milliards de dollars. Les contours des arrangements ne sont pas encore clairs. Ce qui amène le dirigeant du football allemand à penser à la création d’une task force qui va permettre de voir toutes les options sur la table.

«(…) j’insiste avec mes collègues de l’UEFA au sein du Conseil de la Fifa pour la création d’une task force, où toutes les informations seraient mises sur la table, afin de déterminer avec honnêteté si nous avons besoin d’autres compétitions et, si oui, quel pourrait être leur format»

Reinhard Grindel, Président de la DFB

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom