Gilets jaunes : Quand Edouard Phillipe tente de se racheter

Gilets jaunes : Quand Edouard Phillipe tente de se racheter©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Face à la gronde des gilets jaunes, le gouvernement a décidé de réagir, convoquant tous les leaders des grands partis d'opposition afin de faire un point sur la situation. Une première étape en vue d'une possible sortie de crise.

France : la nouvelle vidéo qui met à mal Alexandre Benalla

Le gouvernement français, commence-t-il à prendre la réelle mesure de la colère des gilets jaunes ? En effet, suite aux manifestations et autres violences de samedi dernier, l’exécutif français a décidé de revoir sa copie. Résultat ? Le président Emmanuel Macron a sommé son Premier ministre, Édouard Philippe, de réunir tous les chefs des partis d’opposition.

Le gouvernement convoque les leaders des partis d’opposition

Selon certaines sources, les présidents du Sénat et de l’hémicycle seront également conviés, au même titre que des représentants de gilets jaunes. Afin de prouver que le gouvernement souhaite se mettre au diapason ; ce dernier a également confirmé qu’une série de mesures visant à garantir le déroulement serein de cette concertation, sera annoncée.

Au cours de cette concertation, seront notamment reçus de hauts dirigeants de la gauche, comme Olivier Faure ou Benoît Hamon, alors que des personnalités de droite, comme Dupont-Aignan, Marine le Pen ou encore Florian Philippot et Laurent Wauquiez ont également été conviés. De son côté, Jean-Luc Mélenchon a préféré faire l’impasse. Une délégation FI étant envoyée à sa place. Ces consultations devront permettre au Premier ministre d’annoncer une série de mesures visant à calmer la colère des gilets jaunes ; de même, des décisions quant au respect de l’ordre et de la loi seront également à l’étude. En effet, il est désormais acquis que personne, de quelque bord politique que ce soit, ne souhaite revoir les violences ayant émaillé les démonstrations de samedi dernier au cours desquelles 263 personnes ont été blessées, dont 133 à Paris.

Première piste peut-être, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a confirmé lundi, que le gouvernement devrait peut-être songer à accélérer la baisse des impôts ainsi que la baisse des dépenses publiques. De leur côté, les gilets jaunes invitent l’exécutif à organiser un moratoire sur les prochaines hausses annoncées au 1er janvier prochain, ainsi que la réintroduction immédiate de l’impôt sur la fortune.

Commentaires

Commentaires du site 0