L’ancien chargé de mission de Macron n’a pas rendu la tâche facile aux sénateurs cet après-midi. Face à la multiplicité des questions que lui ont adressé ses vis-à-vis, Alexandre Benalla oppose un refus catégorique.

Les membres de la commission d’enquête du Sénat se sont heurtés à un mur aujourd’hui lors de l’audition de l’ancien chargé de mission de Macron. Sur la défensive, Alexandre Benalla n’est pas allé par quatre chemins pour indiquer aux sénateurs qu’il ne répondrait pas à certaines de leurs questions. Assez préparé visiblement, l’ancien collaborateur de Macron s’était réfugié derrière l’information judiciaire qui est en cours et explique suivre les recommandations de son conseil. Aussi la phrase : « Je suis désolé mais je ne répondrai pas à cette question » était-elle revenue à plusieurs reprises sur beaucoup d’aspects évoqués par les sénateurs. Le sujet sur lequel les sénateurs l’ont plus titillé est celui relatif à l’utilisation des passeports diplomatiques. Mais ce dernier a préféré adopté la politique de la carpe affirmant une fois encore : « Je répondrai aux questions des magistrats instructeurs (…) Je n’ai absolument rien à cacher ».

« Je prends acte de votre refus de répondre… » 

Cette politique adoptée par l’ex proche collaborateur du président Français n’est pas restée sans réactions de la part des sénateurs. D’abord Philippe Bas, président de la commission sénatoriale lui rappelle constamment qu’il est bien obligé de donner réponses à ses interrogations.  « Vous êtes obligé d’y répondre » affirmait-il avant de prendre acte de l’option choisie par Alexandre Benalla. « Nous en resterons là, je prends acte de votre refus de répondre » a fini par conclure le sénateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire