Le président Patrice Talon qui s’est pourtant déclaré « compétiteur né », « ne veut pas de la compétition » notamment dans le cadre des législatives d’avril 2019, selon son prédécesseur Boni Yayi. A l’analyse du climat politique entretenu par le régime dit de « la rupture » ou de « nouveau départ » du président Patrice Talon, il y a un paradoxe, selon l’ex-chef d’Etat béninois, Boni Yayi. Alors que le président Talon, chantre de ce régime, défend être un  « compétiteur né », il met, en même temps, tout en œuvre pour éviter cette compétition, selon son prédécesseur.

« Il dit qu’il est compétiteur né mais il ne veut pas de la compétition » note le président d’honneur du parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE). Il en veut pour preuve la situation des hommes politiques béninois, de l’opposition, en exil depuis des mois. S’adressant, jeudi 17 janvier dernier, à la population de Atokolibé dans la Commune de Bantè, village de son ministre de l’économie et des finances Komi Koutché, Boni Yayi affirme que ce dernier est victime de harcèlement politique à l’instar des autres exilés, tous des opposants au pouvoir en place.

Selon ses propos, c’est la politique du « nouveau départ » qui consisterait à emprisonner ou à pousser à l’exil les opposants afin qu’ils ne soient pas en mesure de prendre part à la compétition électorale notamment d’avril 2018. C’est un fait qu’il regrette car dit-il, « le Bénin appartient à tous les Béninois ». Il invite les Béninois à profiter des législatives prochaines pour faire échec à un tel système.

19 Commentaires

  1. Comme toi Boni Yayi, tu es un ***, un *** qui a favorisé la competition en 2016, Patrice TALON reste vigilant c’est pourquoi il pousse en exil .Cette manière de proceder c’est aussi la competition.Quel chasseur accepte que l’on fait le fusil sur son épaule ?.BONI YAYI *** comme le dit AZANNAI Candide.C’est toi qui a occasionné l’assertion de TALON au pouvoir au Bénin donc *** !!!

  2. Vous êtes trop forts ici deh! Il est permis de rêver. Qu’est ce que Yayi veut nous enseigner de nouveau ici ? Il se prépare une seconde honte avec Soglo très intelligent ou intellectuel mais qui n’est pas un animal politique. Yayi veut encore l’utiliser.

  3. Il n’a jamais compéti nul part!!!

    Un compétiteur lance des défis et respecte les règles du jeu.

    C’est un usurpateur et un cambrioleur !!!

    • Monsieur Sonagnon
      ce n’est pas ce que vous disiez et prôniez avant avril 2016. Revoyez vos posts.
      Crier au loup aujourd’hui, n’est ce pas un peu tard. Surtout que votre PIK en vendant son âme au diable , a perdu sa dignité, toute crédibilité. PIK est devenu une serpillière sur laquelle Pata marche allègrement. Il est politiquement MORT
      Quid de ABT. On ne sait plus s’ils sont toujours au gouvernement et surtout dans le pays, tellement ils sont invisibles et insignifiants.
      Pauvre Bénin

  4. Agadjavi , je sors d’un des ” couvents ” de vous les ruptucons , aux dires des ” sachants ” , votre mentor talon n’est plus serein , le doute et la lassitude le gagne , au point qu’il se demande s’il ne faut pas tout lâcher et fuir dans la malle arriere de peugeot ,504 , avant que les beninois l’y contraignent . Votre trilogie ” surgir agir ,( mal contre les beninois ,) sont réalisés , c’est disparaitre que les beninois attendent

    • C’est bien! Continuez à sous-estimer et à donner Patrice Talon pour mort comme en 2016. Le réveil n’en sera que davantage brutal.

  5. Yayi confirme son caractère de *****. Il provoque son successeur à la manière d’un vulgaire racoleur de l’autogare. En plus, il se permet de parler de harcèlement contre komi koutché. Évidemment, il a toujours promu des *** et des grands *** qui l’entouraient. Quelqu’un qui a volé des milliards au pays tout comme lui-même qui traîne des tas de casseroles plus sales les unes que les autres. Il ment aux populations en surfant sur l’ethnie entrisme et le régionalisme. Un ancien président pyromane nostalgique de son passé de chef d’un régime despotique et abject.
    Un **** qui banalise tous les crimes qu’il a commis contre notre pays.

    • Que des affirmations sans preuves.
      Combien Komi ou Yayi ont volé? donne les chiffres preuves à l’appui. Si tu ne peux pas, c’est que tu es un colporteur de ragots.
      Si tu veux parler des gens qui trainent casseroles, ouvre bien les yeux. Il y a combien de procédures devant les tribunaux depuis des années contre Talon? les responsables de PPEA II, Maria Gléta, Machines agricoles, etc. sont où?
      Quand tu parles de crimes, quelqu’un qui a planifié d’assassiner son ami n’est pas criminel?
      Yayi a bien raison de dire que ton fanfaron arrogant n’est qu’une poule mouillée, incapable de gagner à la loyale. Il n’a pas gagné en 2016, c’est Zinsou qui a perdu. Nuance

  6. Si c’est le fait de demander des comptes aux rapaces aux serres acérées du Yinwêland que Yayi appelle refus de compétition alors ça n’engage que lui. De toutes les façons, la belle époque des incultes applaudisseurs de la galaxie des Fcbe est à jamais révolue et Yayi n’assumera plus jamais une charge publique au Benin hormis le fait de profiter des jours de marché pour aller se donner en spectacle.
    L’homme de Charlie Hebdo n’a qu’à se tenir prêt pour verser des larmes au soir du 28/04 comme à son habitude.

      • L’analyse des forces en présence suffit en général à présager de l’issue d’une bataille. Ouvres grandement les yeux et tu verrais que même si je ne suis pas Jérémie ou Moïse “ma prophétie” a de grandes chances de se réaliser.

  7. Yayi a raison. Patrice talon est un agbonnon qui refuse la compétition préférant les voies détournées pour parvenir à ses fins: menaces d’emprisonnement, terreur… tout ceci à coup de corruption des élus, de hold up sur les institutions de la république. Bref il n’est pas un compétiteur il est un peureux. Hêssinon!

    • On a vu en 2016 à quel Patrice Talon pouvait avoir peur de la compétition. A votre place je me méfierais davantage d’un homme qui a pu, à lui seul, déjouer tous les pronostics en battant le candidat porté par Yayi avec tous les moyens de l’Etat et les funestes queues devant la Marina pour distribuer de l’argent.

      • Lire à quel point…. Pour finir sachez une fois encore que les élections législatives au Bénin est un scrutin de liste territorial où il est presque impossible de dominer le fils du terroir. C’est vous dire que les considérations partisanes n’ont que très peu d’influence. Allez jeter un coup d’œil sur la carte de visite des ténors du Bloc Républicain et de l’Union Progressiste et vous comprendrez pourquoi l’opposition n’a aucune chance de remporter les législatives à venir. Mais le rêve est toujours permis hein…

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire