C’est via une courte vidéo d’un peu plus de deux minutes que le “boxeur de policiers” a accepté de livrer sa version des faits quant à son attaque sur deux gendarmes, samedi dernier.

Le 5 janvier dernier, une séquence faisait le tour de la France. En effet, à l’occasion de l’acte 8 des manifestations gilets jaunes, un homme a été vu en train de boxer un CRS à mains nues. Très vite, le buzz prend et celui-ci gagne en sympathie auprès des manifestants. Bien entendu, pour le ministère de l’Intérieur et les forces de l’ordre, on peste après ce genre d’actes.

Christophe Dettinger s’explique en vidéo

Une courte enquête aura ensuite permis d’identifier l’agresseur, à « 99,99% » comme l’expliquaient encore sur Twitter les représentants des syndicats de police. Toutefois, l’homme en question, Christophe Dettinger décidera de sortir de sa réserve via les réseaux sociaux. En effet, ce dernier s’est filmé au cours d’une vidéo qui a été partagé plus de 10.000 fois en l’espace de quelques heures. Se présentant, il avoue tout de suite être l’homme qui s’est battu contre les CRS.

Cependant, c’est avec toute sa conviction que ce dernier a tenté de s’expliquer. Selon lui, il aurait été gazé alors qu’il se trouvait en compagnie de son amie. Résultat, face à la pression et la colère grandissante, il a tout simplement craqué en tentant « de se défendre ». Un geste malheureux qu’il assume, mais regrette, « j’ai mal réagi » confirme-t-il d’ailleurs. Un temps accusé d’être un casseur membre d’un parti des extrêmes, ce dernier a toutefois tempéré, souhaitant calmer le jeu. Assurant aimer la France, celui-ci se considère comme gilet jaune et non comme une personne issue d’un bord politique.

Une samedi marqué par le regain des violences

Son agression elle, aura toutefois valu à l’un des deux gendarmes agressé, 15 jours d’ITT. Les deux victimes elles, ont décidé de déposer plainte. Résultat, l’ancien boxeur professionnel a décidé de se rendre de lui-même à la police, plutôt que d’attendre que les forces de l’ordre ne viennent le chercher chez lui. Il a été placé en garde à vue. Il faut dire que l’agression était relativement impressionnante et semble aller de pair avec la recrudescence des violences. En effet, après deux semaines plutôt calmes, il semblerait que la situation ait redégénéré samedi dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom