Après la Céna, la délégation de l’opposition s’est rendue hier mercredi à la Cour constitutionnelle. Elle a partagé ses inquiétudes avec le maître de céans sur certaines dispositions du nouveau code électoral.

Une délégation de l’opposition composée des membres de l’Usl et des Fcbe a rencontré hier mercredi 23 janvier le président de la Cour constitutionnelle au siège de l’institution à Cotonou. Les hôtes de Joseph Djogbénou sont venus avec une liste de questions à lui poser pour en savoir plus sur les règles du jeu électoral et certaines dispositions du nouveau code électoral. « Qu’arrive-t-il si un candidat qui a demandé son quitus fiscal à temps ne l’obtient pas avant le dépôt des dossiers (pour les prochaines législatives) ? Quels sont les documents dont il faut se munir en cas de contestations ou de réclamations des résultats ? En quoi consistent les redressements ou annulation des suffrages ? » a lancé le premier délégué général de l’Usl à l’endroit de Joseph Djogbénou.

Chacun dans son rôle

Le président de la Cour constitutionnelle dit comprendre les craintes et les préoccupations de l’opposition mais les institutions dépassent les personnes. La Cour n’a donc pas pour mission de les convaincre. « Il n’appartient pas à la Cour constitutionnelle de vous convaincre. Il vous appartient de convaincre la Cour en cas de contestation » a déclaré l’ancien garde des sceaux. Il rassure cependant ses vis-à-vis en promettant de tout mettre en oeuvre pour que leurs inquiétudes soient apaisées. Mais chacun devra jouer son rôle a t-il indiqué.

Voir les commentaires

13 Commentaires

  1. L’arrogance des dirigeants conduit au phonème des “gilets jaunes” Attention !!!…
    La Politique, c’est se mettre au service du peuple ! Accepter les contradictions est plutôt sage et mature.

  2. @FLORIAN “Joseph Djogbenou est une ecole à suivre”, @the “Me Joseph Djogbenou…Voilà ce qu’on appelle intellectuel.” 🙂 🙂 Même le Président a dû se résoudre à le caser tellement il nuisait à son image chaque fois qu’il nous dégoisait ses métaphores bancales.
    C’est avec TOBOULA, l’un de ceux qui ont le plus et le plus vite, détérioré l’image de ce gouvernement.

  3. A bon chat, à bon rat.la replique a ete aussi violente que l’attaque.Me Joseph Djogbenou est bien né.Il est un elite convaincu du pays.Voilà ce qu’on appelle intellectuel.Il faut les laisser .les soient disant opposants.Hier ils etaient les mouvanciers: des ignorants seulement.

  4. Djogbenou , encore dans sa réthorique vaseuse , et tordue . il oublie que lui djogbenou est là pour servir son maître talon , après avoir balafré notre constitution . honte à toin

  5. les droits de douanes au port de cotonou sont plus élévés que les marchandises importées en F.O.B..à cause du pvi..et la conséquences directes…c’est la ferméture de plusieurs sociétés dans le pays..qui induisent un chomage de masse..

    Ceux qui arrivent à passer par les mailles portuaires..sont abattus..par le fisc…

    Personne n’a plus le courage d’entreprendre au benin..

    Quant à ceux titulaires de parchemin universitaire..c’est le zem…ou la mort sociale..

    seuls les princes du moment vivent..dans le luxe…

    Nos petits enfants..ont commencé à avoir des ventres ballonnés…pour causes de cures atassi avarié…

    On est foutu……au benin

  6. Joseph Djogbenou est une ecole à suivre car il a été claire avec ses soit disant opposants qui, dont la peur semble être en eux.

  7. La cour n’a pas vocation à convaincre. Son champs d’existence est à être convaincu ou à ne pas être convaincu lors des contestations dans les respects des rôles de ceux des contestataires que de ceux qui sont les siens….

  8. Comme sils ne connaissaient aps ce Djogbenou, ils ont encore le culot d’aller le voir pour quelle assurance? Celle de les faire rouler dans la farine oui. Cette opposition commence par me décevoir avec leur naiveté.

  9. Des questions pertinentes…auxquelles ils ne répondront jamais..puisque ici et en espèce..ils sont juges et partis…

    Dans ce processus…seule la céna…jouit encore d’une impartialité…et là…encore..!!?

    • Vous avez tout dit Aziz. Je ne comprends pas d’ailleurs ce qu’ils sont partis chercher chez Djogbenou qui ne sert pas les intérêts du peuple mais qui se cache derriére les subterfuges pour satisfaire les intérêts d’un seul homme. Dans un tel contexte, il faut que le peuple exerce directement sa souveraineté. Ont-ils peur ceux-là?

    • Aziz n’oubliez pas que la Cena est en sursis vis-à vis du gouvernement de la rupture avec le dossier de “malversations à la Cena”. La Methode est simple, ils acceptent faire le jeu de la rupture en tordant le coup à la réalité des votes comme en 2016 avec Ajavon ou bien leur cas sera envoyé à la CRIET pour y être examiné. Si vous étiez dans leur cas que feriez Vous?

Répondre à aziz Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom