Huawei a décidé de contre-attaquer. En effet, le géant Chinois de la téléphonie mobile a décidé de répondre aux multiples attaques américaines, en place depuis de nombreuses semaines. Ren Zhengfei, numéro 1 de Huawei s’est d’ailleurs positionné en véritable leader, quelques mois après l’arrestation de sa fille Meng Wanzhou, au Canada.

Interviewé par la BBC, Zhengfei n’a ainsi pas hésité à se montrer offensif, assurant que les États-Unis n’avaient aucun moyen de réduire sa société à néant. Selon ce dernier, le monde a d’ailleurs besoin de son entreprise, qui est de loin, la plus avancée en matière de recherche et développement. La récente mise en place d’une couverture réseau 5G viendrait confirmer ce constat. C’est d’ailleurs là que le bât blesse. En effet, la société chinoise a vu de nombreux états lui faire comprendre que sa technologie n’était pas forcément la bienvenue, la faute principalement à une gestion des données d’utilisateurs quelque peu floue.

Un déploiement du réseau 5G limité

Résultat, cette avancée phénoménale en matière d’internet (alors que la 4G vient à peine d’arriver) risque de rester longtemps dans les cartons. L’Australie et la Nouvelle-Zélande par exemple, ont d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient restreindre l’accès au réseau 5G de Huawei à ses opérateurs téléphoniques. De grands marchés, comme celui du Royaume-Uni et de l’Allemagne, envisageraient de faire de même. Du côté américain, la question ne se pose pas vraiment tant les tensions sont vives entre Pékin et Washington, qui accuse d’ailleurs les services secrets chinois du vouloir utiliser les produits Huawei afin d’espionner.

Huawei rétorque et tacle Washington

Âgé de 74 ans, Ren Zhengfei ne s’en fait pas pour autant. Selon lui, sa société est capable de s’adapter à toute situation. Ainsi, si les États-Unis parviennent à convaincre d’autres États de ne pas utiliser le réseau 5G de sa société, Huawei pourrait simplement ralentir le mouvement. Enfin, ce dernier estime que Washington n’est pas le centre du monde, assurant qu’il y avait potentiellement de très nombreux marchés dans lesquelles s’implanter. « Si la lumière s’éteint à l’Ouest, l’Est brillera. Si le Nord, est plongé dans le noir, il y a toujours le Sud. Les États-Unis ne sont pas le monde ». Une manière de dire que même si le marché américain est l’un des plus importants, il existe à ce jour, de nombreuses autres solutions.

Huawei, un business model susceptible de perdurer

Les analystes vont d’ailleurs en ce sens, estimant que Huawei était bien trop important économiquement parlant pour réellement subir le lobby américain. Outre le déploiement de la 5G, la société est actuellement en 3e position des ventes de smartphones et espère dépasser Samsung dès l’an prochain. Cependant, une décision pourrait changer l’ordre des choses, à savoir un possible ban de Huawei du sol américain. Résultat, la société ne pourrait plus se fournir en matériaux et composants pour ses smartphones, directement sur le sol américain, chose qu’elle fait actuellement. Une telle annonce pourrait alors plonger la société dans une grave crise, similaire à celle connue par ZTE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom