Vladimir Poutine tape du poing sur la table. En effet, le chef du Kremlin a assuré vendredi qu’aucun état, aujourd’hui, n’était véritablement libre et indépendant. La faute notamment à une époque où les connexions se font relativement vite et où chacun dépend de l’autre. Le meilleur exemple selon lui ? L’Union européenne, soumise à Bruxelles.

« Le monde moderne est un monde interdépendant » a notamment déclaré le chef de l’État, assurant que de fait, aucun État dans le monde ne pouvait aujourd’hui se présenter comme étant totalement libre. Son meilleur exemple ? Le Parlement européen qui régit d’une main de fer l’Union européenne. Toujours selon Vladimir Poutine, Bruxelles a d’ailleurs plus de poids et d’influence sur les membres de l’UE que ne pouvait l’avoir Moscou, en son temps, sur les républiques soviétiques.

Vladimir Poutine tacle l’UE, trop intrusive

Second exemple détaillé par Vladimir Poutine, le récent retrait de Washington, du traité signé avec la Russie, sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI). En effet, suite à la Guerre Froide, les deux états signent un accord régissant la fabrication et l’utilisation de certains types de missiles nucléaires. Récemment, les États-Unis ont décidé de quitter ce traité, accusant la Russie de ne pas le respecter. Résultat, une nouvelle course à l’armement pourrait être lancée.

Pour le président russe, qui estime que souveraineté et indépendance sont étroitement liées, l’Union européenne s’est fait avoir. « Vous croyez qu’il y a des pays en Europe qui ne veulent pas de déploiement de missiles américains de moyenne portée ? Non, personne ne s’y oppose. Ils restent tous silencieux. Où est la souveraineté ? » se demande-t-il ainsi, pointant du doigt le fait que Washington se permet d’avoir du poids en Europe et surtout, que les pays européens ne prennent pas assez leurs responsabilités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom