Une véritable tragédie que celle qui aurait eu lieu ce samedi soir dans un club privé de la capitale botswanaise. Un homme faisait écraser sur le bâtiment du club un petit avion de liaison, où selon la presse locale se déroulait des festivités avec son épouse et des amis. Et perdait la vie dans un geste désespéré dont il n’aurait été en définitive que la seule victime.

Suicide ou tentative de meurtre ?

Si selon la presse sud-africaine, les réelles circonstances du crash n’ont pu encore être éclaircies, des témoignages de proches et de personnes présentes avant et pendant et après la tragédie ont pu permettre de reconstituer l’écheveau des évènements ayant conduit au drame.

Le pilote, Charles Viljoen serait sud-africain, de la région du Cap Nord et un pilote de profession employé par la Kalahari Air Services. Charles et son épouse se seraient installés au Botswana pour dans le cadre de son travail et y vivraient depuis près de d’une dizaine d’années. Ce samedi soir là, Mme Viljoen aurait été invitée à une fête au Flying Club de Matsieng, un club select de la région, une fête dans laquelle Charles se serait incrusté. Quelques verres de trop plus tard, suite à une violente dispute avec son épouse, M. Viljoen était évacué manu militari du Club.

Froissé dans son amour propre et le cerveau quelque peu engourdi par l’alcool, Charles aurait décidé de laver dans le sang l’affront dont il avait été le sujet. Il se rendait à l’aérodrome de la compagnie, dérobait un avion de service, un Kingair 200, et partait l’écraser sur le bâtiment du Club. Cependant, Il semblerait que dans un sursaut de conscience professionnelle, le pilote aurait au préalable pris la peine de faire des vols de reconnaissance à très basse altitude autour du club avant le saut final ; ce seraient, rapporte la presse, ces vols qui auraient donné l’alerte et permis d’évacuer à temps le bâtiment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom