Brigitte Bardot, ancienne star de cinéma française devenue activiste des droits des animaux, relance encore une fois la polémique sur ses positions et ses propos racistes.  La star de “… et Dieu a créé la femme” s’en est prise aux ‘’barbares ‘’ de La Réunion, cette région française d’Outre-mer à dominance noire.

Une plainte du préfet de La Réunion à son encontre

Dans un pamphlet adressé à son fondation et publié par la presse, l’icône  de la beauté française aujourd’hui octogénaire, évoquait le « cannibalisme des siècles passés » des réunionnais, en décrivant « une population dégénérée encore imprégnée de traditions ancestrales barbares ». Qu’est-ce qui a motivé ces propos “injurieux”? Brigitte Bardot qui a quitté l’industrie du cinéma en 1973 et dirige maintenant un sanctuaire pour animaux dans la station balnéaire de St Tropez, sur la Côte d’Azur, aurait appris  des défenseurs des droits des animaux que  les habitants de l’île infligeaient de mauvais traitements aux animaux. Les sacrifices d’animaux seraient même  tolérés lors de certaines cérémonies religieuses.

Pour Le préfet de la Réunion, Amaury de Saint-Quentin ; faisant écho à de nombreux élus de la région très outrés ; ces propos étaient injurieux et racistes et « susceptibles de constituer un délit ». Aussi, saisissait-il ce mercredi le procureur de la République à cet effet. Des ennuis juridiques en perspective donc pour ‘’BB’’ qui en avait eu d’autres par le passé. En juin 2008, l’actrice a été condamnée  à une amende de 15 000 euros pour « incitation à la haine raciale » envers la communauté musulmane. Elle avait évité la prison en payant 15 000 euros d’amende.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom