Réunis en Assemblée Générale le lundi 11 mars 2019 à son siège à Cotonou, les membres de l’Association, CAUNAB (Convergence d’Actions pour l’Unité Nationale du Bénin) ont examiné, comme objet principal de leur rencontre, la situation politique nationale de notre pays à la veille de la campagne électorale pour les élections législatives d’avril 2019. La CAUNAB a pour objet : “de travailler à la consolidation de l’Unité Nationale de notre pays“.
A cet effet, elle contribue à :

  • « doter, de façon continue et durable, les acteurs politiques et sociaux d’une démarche stratégique dans la prise en charge effective de la problématique du régionalisme et de l’Unité Nationale ;
  • Promouvoir et développer la valeur constitutionnelle de la cohésion nationale, objet de l’article 36 de la Constitution du 11 décembre 1990 ;
  • Mettre en lumière la nécessité de promouvoir le vivre-ensemble en prévenant toutes dérives régionalistes, en combattant tout acte d’exclusion, de tribalisme, de népotisme dans la gouvernance du pays et en élaborant et en mettant en œuvre une stratégie de communication et des actions communes concertées pour sensibiliser les jeunes sur les valeurs citoyennes.

La CAUNAB a toujours contribué aux grands débats qui agitent la vie politique de notre Nation en publiant et en adressant en temps opportuns, aux responsables des Institutions du pays, ses suggestions sur les sujets de grandes préoccupations nationales en vue d’un choix judicieux pour l’avènement d’une ère de prospérité et de cohésion nationale souhaitée par tous. Ainsi, elle voudrait apporter sa contribution à l’édifice d’une Nation forte et paisible où le vivre-ensemble est la préoccupation de tous.

A l’issue des réflexions et analyses faites le lundi 11 mars 2019, les participants à la séance ont abouti à la conclusion que la situation politique nationale actuelle est préoccupante. Les principaux acteurs politiques au premier plan de la gestion de la vie publique nationale elles-mêmes s’en préoccupent ouvertement et affirment sans ambages que ‘’nous sommes dans l’impasse.’’ Les participants, tout en faisant eux-aussi le même constat, se félicitent de noter que ces acteurs politiques expriment la volonté d’engager le pays sur la voie d’une alternative crédible sur la base d’un consensus, notamment au niveau de la classe politique nationale. Ils espèrent avoir raison de compter sur leur bonne foi.

Dans sa dernière déclaration du 25 septembre 2018, notre Association avait attiré l’attention de tous sur certains propos, expressions et actes qui frôlent une sorte de dérapage pouvant exacerber les oppositions et antagonismes entre nos communautés et mettre ainsi à mal la cohésion nationale. CAUNAB montrait qu’aucune velléité d’étouffement ou d’exclusion ne pouvait régler les problèmes posés à la cohésion nationale, mais les aggraverait et activerait le feu qui couve sous la cendre des frustrations.

Au cours de leurs réflexions, les membres de l’Association ont émis leurs inquiétudes sur la tendance de mettre à profit la situation actuelle pour toucher à la Loi Fondamentale du pays sous le feu des contestations actuelles. Faire une telle opération sans un ‘’Consensus à valeur constitutionnelle’’ nous plongerait dans un inconnu aux conséquences imprévisibles. La CAUNAB estime que toutes les reformes pour répondre positivement au souhait unanime d’un nouveau sursaut patriotique doivent être soumises à une Grande Consultation Nationale afin de définir un nouveau consensus général qui s’adapte à l’évolution actuelle de notre société et dont les résultats s’imposeront à tous par leur légitimité populaire.

La CAUNAB invite donc les acteurs politiques à divers niveaux à bien prendre la mesure de la situation d’impasse et se résoudre à chercher les voies idoines qui ouvrent le pays à une nouvelle espérance et à la quiétude au sein des populations qui ne souhaitent que vivre en paix.
Par la présente déclaration, elle lance, une fois encore, un appel vibrant et solennel à tous et principalement aux autorités politiques, de rester collées à l’esprit des conclusions de la Conférence Nationale des Forces Vives de la Nation de février 1990.

La CAUNAB exhorte la classe politique, les Institutions de la République et tous les autres corps constitués de la Nation à poursuivre, avec sincérité, conviction et sans exclusion, dans un esprit patriotique débarrassé de tout calcul égoïste et d’esprit de clan, toutes les démarches qui visent à instaurer le dialogue et le consensus national où la paix et la quiétude sociales sont préservées et sauvegardée.
En s’inscrivant dans l’orientation exprimée par le Chef de l’Etat le 06 mars 2019 de faire participer absolument, aux élections législatives, tous les partis qui en ont fait la demande, la CAUNAB suggère pour une sortie de la crise actuelle :

  • la délivrance des récépissés qui permettent à tous les partis ayant déjà exprimé le désir de participer aux élections législatives d’avril 2019 et qui se sont engagés dans cette voie ;
  • la prise de mesures appropriées par les services des impôts en vue d’accélérer la délivrance du quitus fiscal aux retardataires qui l’ont sollicité, en s’abstenant de créer une nouvelle exigence dans ses pratiques antérieures de délivrance des quitus ;
  • le maintien de la date du scrutin fixée pour le 28 avril 2019 et le réaménagement à cet effet des activités du calendrier électoral tout en préservant le délai constitutionnel pour la mise en place du Parlement ;
  • la convocation dans un proche avenir d’une large concertation nationale pour un consensus dans la relecture des textes fondamentaux de notre République, notamment ceux qui ont conduit à l’impasse actuelle.
  • la suspension de tous actes qui allument encore le feu et créent la psychose sur le chemin tracé vers la sortie de l’impasse où nous nous trouvons actuellement, après les graves insuffisances des lois sur la Charte des partis et les législatives notamment de 2019, comme reconnu par le Chef de l’Etat.
  • la mise en place, en raison de la forte crise de confiance créée dès le début des opérations, d’un contrôle des actes posés par les structures administratives chargées de l’organisation des présentes élections pour rendre plus crédibles les conclusions qu’elles adoptent Ces propositions nous dispensent de recourir à la modification en urgence de textes très sensibles comme le prouve la situation actuelle.

Enfin, la CAUNAB lance, en ce moment crucial de l’histoire politique de notre pays, une alerte à toutes les forces politiques, aux Institutions de la République, aux Médias et aux organisations de la Société Civile afin que le sens de responsabilité, l’amour pour la patrie animent leurs propos et leurs prises de décisions en vue d’aboutir à l’objectif ‘’Construire l’Unité Nationale‘’ dans la paix et la concorde. Oui, pour des élections législatives inclusives et transparentes pour la satisfaction des aspirations profondes des populations de nos villes et campagnes à la paix sociale et à la cohésion nationale.
Cotonou, le 11 mars 2019

La CAUNAB

6 Commentaires

  1. Convergence d’Actions pour l’Unite Nationale du Benin CAUNAB
    C’est normal que les vuvuzelas nes d’hier que Talon a recrute pour infester les reseaux sociaux ne connaissent pas CAUNAB…
    Leur horizon limite les en empeche

    • Vraiment! Si on cherchait des gens qui bavardent et qu’on ne vous trouve, on n’en trouverait plus pire que vous. Allez vous conformer à la loi et nous irons aux élections. Vous n’impressionner personne!

    • Joeleplombier, notre prénom est totalement pensif, et a l’air dune personne mal……heureux. Tu peux t’imaginer ce qui lui traverse la tête ?.
      Tu aimes raconter ce que tu veux. Je ne suis pas contre le président, je me souhaite qu’il ait de bon conseiller à ses côtés.
      De la façon tu te jeter sur les textes sans avoir fini la lecture te met dans la plupart de tes réponses dans un hors sujet.
      C’est pourquoi le prof de français te donnait la note 3 en rédaction 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom