Ganiou Soglo était dans les rues ce matin pour parler de la situation politique actuelle. Il a rapidement été entouré par quelques personnes venues écouter son discours. Mais la police n’a pas tardé à faire son apparition.

L’un des policiers l’aborde :« Bonjour Monsieur. Vous savez que nous sommes dans une période sensible et comme l’a dit quelqu’un déjà, votre personnalité fait rassembler beaucoup de monde et une telle rencontre devrait normalement recueillir l’avis des autorités administratives. Si vous n’avez pas eu cet avis là, cela veut dire que ce que vous faites est un attroupement et l’attroupement est un délit puni par les textes en vigueur. Sur ce, je voudrais respectueusement vous dire de faire partir les citoyens qui sont autour de vous ». Ganiou Soglo réplique et indique à son vis-à-vis que la police a pour rôle de sécuriser nos frontières en cette période où la menace djihadiste est grande. Il ne lui revient pas de « faire peur aux populations qui viennent simplement parler de leur dignité ». « Vous savez, les droits, partout sur la planète, les gens ont risqué leur vie, leur dignité. Faites ce que vous avez à faire » lance-t-il encore comme un défi aux éléments de la police républicaine.

“Vous allez souffrir qu’on vous dise que c’est un attroupement”

L’agent avec qui il avait engagé la discussion, revient à la charge :« M Soglo (…) Nous sommes respectueux des textes. Je vous sais respectueux des textes. Comprenons-nous ». « Comment voulez-vous que je puisse accepter que ceux qui votent ces lois volent des milliards. Avez-vous oublié Maria Gléta ? Avez-vous oublié l’eau potable ? Avez-vous oublié les machines agricoles ? » réplique-t-il. Le policier essaie de calmer le jeu en disant comprendre son état d’âme. Cependant, insiste-t-il, « une telle manifestation doit recueillir l’autorisation du préfet. Si vous ne l’avez pas eu, vous allez souffrir qu’on vous dise que c’est un attroupement ». Un autre policier visiblement plus âgé que son collègue intervient juste après et prononce comme une sentence : « Ce que vous avez déjà fait jusque-là, c’est bon ».

Ganiou Soglo le remercie et demande aux populations de rentrer chez elles. « Nous allons nous disperser dans la paix et nous allons remercier notre police. Rentrez chez-vous en paix » lance-t-il. Il faut dire que Ganiou Soglo était positionné sur la liste de l’Union Sociale libérale pour les législatives du 28 avril prochain. Son parti ayant été recalé, il n’aura pas la chance de retourner une deuxième fois au parlement après son premier passage il y a quelques années.

10 Commentaires

  1. Maria Gléta, eau potable, ICC Services, CEN–SAD, etc, c’est qui le boss de tout ça? Ces fils à papa nous amuseront toujours. Depuis 1991, on en a marre! Ils son vraiment ridicules.

    • Seka Seka Anselme, toi tu fils de qui? Tu as passé ton temps à diriger le commando de la mort sous Gbagbo et Simone sa vieille dulcinée , au coeur endurci. Tu as tué plein de gens et tu es recherché par notre commando
      Donc arrete tes bêtises.
      Où est passé maman princesse

      RDV au port d’Abobo
      TOTORINO

    • Seka Seka, toi tu es fils de qui? Tu est ancien chef du commando de la mort de Gbagbo laurent et de sa femme Simone qu’il a ninguin koua et trompé avec Nady la Bomba.

  2. Commenter :vous devez comprendre que ce pays n’est plus à sa place normale car nous avons élu à la tête de notre beau pays le bénin qui continue de viser ses intérêts. le moment viendra ou personne ne pourra plus parler dans ce pays,la liberté s’arrache svp,peuple béninois vous dormez trop,réveiller vous svp

  3. « M Soglo (…) Nous sommes respectueux des textes. Je vous sais respectueux des textes. Comprenons-nous ». « Comment voulez-vous que je puisse accepter que ceux qui votent ces lois volent des milliards. Avez-vous oublié Maria Gléta ? Avez-vous oublié l’eau potable ? Avez-vous oublié les machines agricoles ? »

    Le policier a mangé cru le fils à papa
    Bravo la police

  4. Vous avez les preuves ? Car on peut vous accusez de diffamation, dans quel pays vous avez entendu que l’opposition a été écarté d’une élection ? Ici il s’agit d’un pays où la jeune démocratie est mise à terre, si rien n’est fait la dictature pouvais s’installer au Bénin ..

  5. Si nous arrêtons pas cette dérive autoritaire dès maintenant, demain il sera trop tard.
    Dans quel pays démocratique il est interdit de discuter librement dans la rue???
    Nous ne devons reculer devant aucune mesure pour ramener le pays à l’état de droit et des principes démocratiques.
    Nous sommes face à un coup de force inacceptable. Le Bénin ne peut pas retourner à une dictature, c’est inadmissible !!!

    • sonagnon , vous etes tjrs dans les nuages? avez vous compris l’explication donnée par le policier?C’est dangereux lorsque des intellectuel raisonne comme ça dans la republique?desert de competence !!!

  6. “Ganiou Soglo réplique et indique à son vis-à-vis que la police a pour rôle de sécuriser nos frontières en cette période où la menace djihadiste est grande. Il ne lui revient pas de « faire peur aux populations qui viennent simplement parler de leur dignité ». « Vous savez, les droits, partout sur la planète, les gens ont risqué leur vie, leur dignité. Faites ce que vous avez à faire » lance-t-il encore comme un défi aux éléments de la police républicaine.”
    Il n’est ni fils à papa ni un délinquant. Il s’agit tout simplement de l’intérêt de nous tous ( mouvanciers ou opposants).

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom