Les travailleurs sont toujours mécontents du régime Talon. Réunis au sein de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB), ils étaient en sit-in au ministère du travail et de la fonction publique hier, mardi 23 avril 2019. Ils dénoncent le silence du gouvernement au sujet de leurs revendications.

Loading...

Les travailleurs ont attendu en vain la réaction du gouvernement pour la satisfaction de leurs revendications. « Aucune de leurs revendications essentielles n’a eu de satisfaction », regrettent-ils, après quelques mois de trêve en matière de mouvements de protestation.

Au contraire, leur « situation s’est dégradée davantage » suite à certains actes du gouvernement, à les en croire. Ces travailleurs protestent contre un tel sort et formulent des exigences. Ci-dessous la motion de protestation lue à l’occasion de leur sit-in d’hier.

Motion  de protestation / Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB)

A

Madame Le MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Madame le Ministre,

Considérant que depuis les dernières grèves qu’ont observées les travailleurs (fin 2017 à avril 2018 soit plus de quatre mois), aucune de leurs revendications essentielles n’a eu de satisfaction ;

Considérant que la situation de ces derniers s’est davantage dégradée avec le vote, par les députées de la 7éme législature, de plusieurs lois scélérates, notamment :

– la loi 2017-05 fixant les conditions et la procédure d’embauchage, de placement de la main d’œuvre et de résiliation du contrat de travail en République du Bénin ;

– la loi n° 2017-03 portant régime général d’emploi des collaborateurs externes de l’Etat ;

– l’amendement à la loi N° 2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Bénin  qui retire, pratiquement, le droit de grève aux travailleurs de tous secteurs d’activités ;

– la loi n°2018-35 modifiant et complétant la loi n°2015-18 du 1er septembre 2017 portant statut général de la Fonction publique, qui introduit les licenciements arbitraires à la fonction publique ;

–  les lois scélérates contre les magistrats, leur Independence et contre tout le personnel du ministère de la justice ;

– la loi n° 2017- 20 du 20 avril 2018 portant code du numérique en République du Bénin qui est totalement liberticide ;

– les lois modifiants le code pénal, le code de procédure pénal et la loi portant création de la CRIET, qui est une cour d’exception ;

– les nouvelles lois électorales (charte des partis politiques et code électoral) votées, qui excluent les travailleurs et tous les pauvres des élections ;

Considérant les arrestations tous azimuts pour délit d’opinion ;

Considérant que les travailleurs de tous les secteurs, de toutes catégories sont, arrivés au constat que la politique du président Patrice TALON est caractérisée par l’obsession de s’accaparer des secteurs vitaux du pays : port, coton, énergie et électricité, la santé, les télécommunications, les eaux et forêts … , à travers des réformes qui font recours à plusieurs formes de privatisations déguisées, avec leur cortège de licenciements abusifs et d’autres mesures antisociales ;

Considérant la grave crise préélectorale, à conséquences néfastes incalculables pour les travailleurs et pour le peuple, créée de toutes pièces par le pouvoir en place ;

Face à toutes ces souffrances les travailleurs protestent en organisant ce sit-in, ce jour, mardi 23 avril 2019 et  exigent :

– l’abrogation de toutes les lois scélérates citées supra ;

– la satisfaction de toutes les revendications sectorielles et catégorielles de tous les travailleurs du Bénin contenues dans les différentes motions déposées sur la table du gouvernement ;

– l’arrêt de la privatisation des sociétés d’état comme le Port Autonome de Cotonou, Bénin-Télécom S.A, Libercoms, l’ORTB, SBEE, SONEB, etc. ;

– la fin des réformes assassines ;

– la réhabilitation des sociétés fermées et des travailleurs licenciés;

– le retour des 230 agents licenciés du ministère des finances ;

– la sortie des contrats et le paiement des arriérés de salaire des reversés de 2008 (enseignants, agents de santé et travailleurs des autres ministères) ;

– le rétablissement des salaires des 3.000 agents arbitrairement coupés depuis fin février 2019 ;

– la satisfaction des revendications des travailleurs de la santé, de l’éducation, de la justice, des travaux publics et des autres ministères et institutions d’Etat ;

– la réintégration des policiers, gendarmes et militaires arbitrairement radiés de la fonction publique, la correction des injustices relatives à la fusion Police-Gendarmerie (règlement du problème de double délibération après l’examen de sortie des inspecteurs de police et de divers autres problèmes d’injustice dans l’octroi des grades aux gendarmes et aux policiers après la fusion) et le règlement de tous les autres problèmes administratifs des hommes en armes ;

– la libération des détenus politiques, Laurent METONGNON, Abdou YOUSSAO, Edouard ADEGOKE, Célestin AHONON, KEMOKO, Sabi Sira KOROGONE, Joseph AÏMASSE, et tous les autres ;

– le retour de tous les exilés politiques : Sébastien AJAVON, Valentin DJENONTIN, Léonce HOUNGBADJI, et tous les autres ;

– la réintégration et réhabilitation dans la fonction publique du capitaine syndicaliste, Patrice TREKPO, abusivement radié ;

– le dédommagement et le relogement des déguerpis sans alternative;

– l’annulation des taxes et impôts iniques et la diminution de ceux qui sont exorbitants.

Les participants prennent l’opinion publique nationale et internationale à témoins et rendent le gouvernement responsable des déconvenues qui découleraient de son entêtement à ne pas satisfaire les revendications ci-dessus citées.

Cotonou, le 23 avril 2019

Les participants.-

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Ces dits syndicalistes…et communistes….supposés etre la recolonisation du benin…par lz…

    Dis je..ne savaient ils pas….que tairou..allait s’accaparer de tout dans le pays…puisque…c’est ce qui a été la base…de la bagarre..avec yayi..

    N’est ce pas eux…qui faisaient des grèves perlées financées..par télécommande..depuis paris..histoire d’empecher..yayi de gouverner..

    Bizzarement ils ne pipent mot..de leur compliciété coupable devant l’histoire

    Comme..azanai,et son guy…qui ont mobilisé..cotonou..par la haine de yayi…

    Comme soglo…qui par myopie…..a été un complice..actif

    Ajavon…peut il dire..qu’il n’est pas responsable…

    Voilà…la haine,l’aigreur,la jalousie,la médisance…contre…yayi nous a amené

    On peut sauter..sur des chaises..comme des cabris…nous avons creusé..par imm aturité nos propres tombes..

    Et ce n’est qu’un début…

    tairou..ce qui l’interesse…c’est nous posséder…comme en algérie…ou tunisie…ou au soudan…ou ceux là qui se croyaient avoir soumis..une nation..finissent

    • Bien vu et bien dit, J’ajouterai que leur inaction est aussi dû aux nombreux pactes signés avec Talon contre Yayi alors qu’il était en exil. Aujourd’hui, ils ne peuvent parler au risque de se faire prendre par ce dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom