Coup de filet d’Interpol au Bénin et au Nigéria en début du mois avril. La police internationale a mis la main sur 47 trafiquants d’êtres humains et délivré de leur joug 216 personnes dont 157 mineurs. Dénommée « Epervier II », l’opération a été menée dans les marchés de Cotonou (Bénin), d’Abuja (capitale du Nigéria) et dans la zone frontalière de Sèmè de même que dans les ports et aéroports.

Loading...
Selon le communiqué d’Interpol qui renseignait sur cette opération, la majorité des personnes victimes de trafic d’êtres humains avait entre 11 et 16 ans. Elles étaient « forcées (de) travailler dans les marchés des jours entiers, portant de lourdes charges en faisant la cuisine ». Parmi, ces infortunés, il y en a qui ont été sexuellement abusés. Interpol assure que certaines personnes soustraites des griffes de leurs “bourreaux”, ont été confiées à des associations et aux services sociaux locaux.

“500 victimes secourues en 2017”

D’autres, des mineurs pour la plupart, ont regagné le domicile parental. Pour rappel, Interpol avait déjà mené ce type d’opération en 2017. Dénommée « opération Epervier », elle avait permis de sauver 500 personnes de la traite des êtres humains dans plusieurs autres pays de l’Afrique de l’Ouest.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom