Présente à Cotonou depuis quelques jours, la mission d’observation de l’Union africaine a reçu hier mercredi 24 avril, les organisations de la société civile. Après la rencontre, Blanche Sonon, la présidente de Social Watch s’est confiée à la presse. Elle informe que son organisation ne supervisera pas le scrutin du dimanche prochain.

Loading...

Nous ne sommes pas prêts à superviser un scrutin non inclusif

« La société civile voudrait que les élections soient ouvertes à tous. Social Watch Bénin ne veut pas, n’est pas prêt à observer, à superviser les élections, eu égard au contexte actuel du processus. Si les élections ne sont pas inclusives, nous ne sommes pas prêts à participer à l’observation de ces élections » a-t-elle martelé. Pour elle, il ne faut surtout pas aller participer à l’observation d’un scrutin s’il n’y a que des députés qui s’alignent derrière le président de la République.

« Nous n’aurons plus une Assemblée qui représenterait la nation béninoise mais une caisse de résonance » prévient Blanche Sonon. Rappelons que Social Watch avait déjà quitté la plateforme électorale des organisations de la société civile pour marquer son désaccord.

Voir les commentaires

7 Commentaires

  1. Le PRÉSIDENT TALON n’est pas né hier.
    Je n’ai aucune inquiétude quant à la manière dont il va continuer à gérer le pays, il ne verse pas dans le setimentalisme des béninois, comme certains ex présidents qui après avoir eu des soutiens des femmes et pleurent publiquement.
    Vous verrez comment il va virer les personnes qui ne travailleront pas pour l’intérêt du peuple.

  2. Restez donc dans votre coin, personne ne vous oblige à aller sur le terrain. Vous pouvez même aller plus loin dans votre boycott ……, on s’en gratte. Le Béninois est mûr!!!

  3. Avec les 83 députés à la solde de TALON vous verrez ce qu’il fera de ce pays. La ruine totale !
    Qui pour contrôler l’action du gouvernement au risque de ne pas se voir multiplier par zéro?

  4. Mme Sonon est peut-être aveugle. Qui, en plein jour, a renié ses signatures sur le compromis qui avait été conclu pour des élections inclusives? C’est bien la minorité parlementaire qui a saisi l’occasion de la présence des missions internationales pour faire de la surrenchère: dissolution de la CENA, démission du Ministre de l’Intérieur, démission du Président de l’Assemblée Nationale, annulation des lois électorales, etc… Et vous parlez d’élections non inclusives… C’est vous qui avez un problème…

  5. Qu’est ce qu’elle raconte.Donc à partir des 4 prochaines années, qu’elle ne parle plus avec les honorables deputés qui constitueront l’assemblée nationale.Qui est elle même au Benin?

  6. Aller vous reposer. La société civile c’est une imagination africaine. Chez les blancs il n’y a pas de société civile pour observer des élections.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom