La mobilisation gilets jaunes ne faiblit pas, au contraire. En effet, à l’occasion du 22e weekend de manifestations, les autorités ont pu témoigner d’un regain d’intérêt. Ainsi, ils étaient 31.000 à manifester partout en France, dont 5,000 à Paris même. La semaine dernière, ils n’étaient que 22.300, dont 3.500 dans les rues de la capitale, plus faible taux de participation au mouvement.

Les gilets jaunes eux, estiment qu’ils étaient en réalité, bien plus. Selon leurs propres chiffres, ils étaient ainsi 80.504 à avoir déambulé dans les rues. Un chiffre qu’ils espèrent voir largement croître le weekend prochain, puisque la journée du 20 avril est d’ores et déjà annoncée comme étant « exceptionnelle ». Toutefois, si le nombre de manifestants est à nouveau en hausse, les violences et les heurts sont en chute libre. À Paris, 27 interpellations ont ainsi eu lieu alors que  9.473 contrôles ont été menés par les forces de l’ordre.

Peu d’incidents enregistrés sur Paris

Pour avoir vent de tensions, c’est du côté de Toulouse qu’il fallait se tourner. La ville, désignée comme capitale gilets jaunes du jour a été quadrillée par les forces de l’ordre, qui ont dénombré 14 blessés, dont un représentant des forces de l’ordre. Sur place, gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes et canon à eau ont été utilisés afin de disperser la foule et assurer une certaine sécurité des lieux. 37 personnes ont finalement été arrêtées, pour des motifs de jets de projectiles, dégradations ou encore port d’armes.

Les annonces de l’exécutif ne changent rien

Depuis quelques semaines, le gouvernement semble ainsi avoir repris le dessus sur les casseurs. Outre le fait que certaines mesures ont été adoptées, notamment en ce qui concerne l’interdiction d’accès à certains lieux afin de manifester, le président Macron a annoncé avoir entendu les plaintes. Le grand débat national clôturé, l’exécutif a également dévoilé les résultats de ce dernier. 

Une manière pour eux de prouver que tout a été pris en compte. Le président français a d’ailleurs confirmé qu’il allait bientôt annoncer de nouvelles mesures, censées répondre aux manifestations et aux doléances. Toutefois, ce pas en avant ne semble pas décourager les manifestants qui souhaitent continuer leur combat et faire valoir leurs idées et idéaux.

Le 20 avril, date attendue par les gilets jaunes

Samedi prochain à l’occasion de l’acte 23, les gilets jaunes seront relativement scrutés. En effet, cette journée sur 20 avril est d’ores et déjà présentée comme l’acte 2 de l’ultimatum lancé par les manifestants. Considérée comme « exceptionnelle », cette journée sera placée sous le signe de la tension puisque les forces de l’ordre vont probablement avoir énormément de travail à fournir. Contrôles, interpellations et maintien de l’ordre seront ainsi au rendez-vous, tandis que du côté des manifestants, l’objectif reste le même, à savoir celui de faire passer un message clair au gouvernement Macron.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom