Les deux puissances économiques seraient depuis 2004 en arbitrage devant l’organisation mondiale du Commerce pour des accusations réciproques de subventions illégales au deux géants de l’aéronautique commerciale. Depuis, alors  que l’UE semble s’être conformée aux recommandations, les USA eux ne semblent pas être prêts à lâcher du lest, obligeant les européens à engager des contremesures.

Des « contremesures » sur les produits américains

Ce mercredi, la commission européenne sur son compte twitter partageait ; « Nous lançons une consultation publique sur les contre-mesures pour les produits américains à la suite de l’alerte de l’OMC sur les subventions de Boeing ». Une consultation qui selon la presse internationale durerait jusqu’au 31 Mai prochain et concernerait essentiellement en une hausse des taxes sur des produits phares sur les marchés européens. Le litige entre les deux puissances serait vieux de plusieurs années. Les compagnies Airbus de gestion européenne et Boeing de gestion américaine, bénéficierait depuis des décennies d’allègement fiscal, et de subventions de la part de leur ‘’pères’’ respectifs, mais selon l’OMC cet état de chose ne respectait pas les règles de « commerce équitable » que les deux puissances avaient accepté de ratifier.

Cependant bien l’UE, bon élève avait fait des efforts dans ce sens, le gouvernement américain tout à son ‘’America First’’ aurait selon un récent rapport de l’Organisation, continué à soutenir fiscalement et financièrement Boeing, en proie d’ailleurs à de terribles revers commerciaux depuis le crash de deux de ces modèles récents d’avions commerciaux. En outre, le président américain non content d’avoir quitté les accords de Paris, avait durci le ton contre l’UE et menacé d’infliger des sanctions douanières sur des exportations européennes à hauteur de 11 milliards d’euros.

L’Union des 28 aurait donc décidé ; malgré le vote sans la France, ce lundi de la reprise  de relations commerciales plus formelles avec les USA ; de prendre à l’encontre des USA des mesures de représailles importantes si les USA ne revenait à de meilleurs sentiments. « Nous devons continuer à défendre des règles du jeu équitables pour notre industrie (…) L’UE reste ouverte à des discussions avec les Etats-Unis, pour autant qu’elles se déroulent sans conditions préalables et visent un résultat équitable »  déclarait en substance, Cecilia Malmström, la commissaire européenne au Commerce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom