La cour suprême du Rwanda a donné une suite défavorable à la requête des activistes pour la suppression de la loi qualifiant de crime les insultes contre le président Paul Kagamé. Pour cette institution, il est nécessaire, cette légalisation à cause des exigences de la fonction présidentielle. Il est désormais proscrit dans ce pays selon cette loi, les insultes à l’endroit de la première autorité du pays. L’outrage d’un agent de l’Etat ou d’un député par les caricatures , la parole et l’écrit est sévèrement réprimé par les dispositions de cette loi. Les coupables peuvent être condamnés jusqu’à deux ans de prison avec une amende avoisinant les 490 euros.

5 à 7 ans d’emprisonnement…

Tout citoyen qui sera reconnu coupable d’humiliation, d’abus ou de propos injurieux à l’encontre du président Paul Kagame sera passible d’une peine d’emprisonnement allant de cinq à sept ans. La loi prévoit également pour ceux qui pourraient être reconnus coupables une amende allant jusqu’à 6 860 euros. De nombreuses voix se sont levées pour condamner cette loi. L’ONG Reporter sans frontières voit en cette loi, un frein à la liberté d’expression et de la presse dans ce pays.

2 Commentaires

  1. Nous avons vu dès avant 1994 où conduit la liberté des médias (Kangura, RTLM, …). Si la liberté des médias doit conduire à un génocide, il faut accepter des limites et comprendre qu’un gouvernement doit se faire respecter

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom