«Très bon moment». C’est du moins le qualificatif qu’a utilisé l’homme fort de Pyongyang à la fin de la rencontre qu’il a eu avec le président russe ce jeudi à Vladivostok. Kim Jong-Un a martelé sa volonté de nouer des relations historiques avec son homologue russe lors de ce sommet qui est le premier entre les deux nations depuis près de 10 ans. Cette rencontre intervient quelques semaines seulement après l’échec d’un accord après le sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis à Hanoi en février dernier.

«Un dialogue significatif»

«Je pense que cette rencontre sera très utile pour développer les liens historiques entre les deux pays, qui ont une longue amitié, en une relation plus stable et plus solide» a déclaré devant les médias le président nord coréen. Aucun acte officiel comme un communiqué encore moins un accord n’a été signé après ce tête à tête. Mais par rapport à la situation sur la péninsule coréenne le dirigeant annonce «un dialogue significatif».

Du côté de l’hôte, l’assurance de son ouverture a été encore martelée surtout sur la situation de la péninsule coréenne. «Je suis sûr que votre visite aujourd’hui en Russie nous aidera à mieux comprendre par quels moyens nous pouvons résoudre la situation sur la péninsule coréenne, et ce que la Russie peut faire pour soutenir les tendances positives qui ont lieu actuellement» a indiqué Vladimir Poutine avant d’ajouter que les deux pays ont encore beaucoup de choses à faire pour développer les relations économiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom