La sortie médiatique du chef de l’Etat Patrice Talon dans la soirée du lundi, sur la télévision nationale, a suscité des réactions dans le rang des opposants. C’est le cas du porte-parole du parti Union sociale libérale (USL), Donklam Aballo. «Totalement déçu, mais je m’attendais un peu à ça», a indiqué le porte-parole de l’USL

Loading...

Pour lui, il «n’y avait rien de particulier à tirer d’un discours qui est venu bien en retard». Il pense qu’il n’y a rien à espérer du style du président qui est resté le même. Donklan Aballo estime que le président est resté fidèle «à tout ce qu’on savait de lui». Il trouve que Talon va jusqu’à donner «une feuille de route à l’assemblée nationale». Ce faisant, le président de la République confirme ce que disait l’opposition. En effet, les opposants ont fait entendre qu’une assemblée nationale sans l’opposition ne serait qu’une caisse de résonance de l’exécutif. Mieux, Donklam Aballo trouve que le président demande aux députés «la relecture des deux lois querellées après avoir commis la forfaiture».

Le porte-parole de l’USL relève que Talon n’a pas abordé les vraies questions.  «Les vraies questions sont là mais on fait du dilatoire», affirme-t-il. Il attendait Talon sur la question de la résidence surveillée de Boni Yayi mais, n’a rien entendu. Il attendait le chef de l’Etat sur les questions comme l’exil de la plupart des opposants, mais rien n’y fit. Selon lui, le président est dans sa logique. Et il ne trouve pas l’opportunité d’un dialogue dans «les conditions pareilles».     

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom