Invité de l’émission dominicale La Manivelle de Esae radio, le porte-parole du parti Union sociale libérale Donklam Abalo s’est prononcé sur la légitimité de la 8è mandature de l’Assemblée nationale qui va être installée dans la semaine et rassure que l’opposition est prête pour un dialogue sincère. «Pour nous, c’est un parlement illégitime. Peut-être légal mais illégitime», ainsi s’est exprimé Donklam Abalo.

Il explique qu’en droit, il y a une différence entre la légitimité et la légalité. «Ce n’est pas la même chose et je crois qu’il faut chercher la légitimité», précise-t-il. Il estime que ce «n’est pas tout ce qui est permis par la loi qu’il faut faire coûte que coûte». Il a rappelé que les lois sont votées par des hommes et que ces lois (le code électoral et la charte des partis politiques) sont mauvaises. Et quand les lois sont mauvaises, «on ne persiste pas». «Persisté dans l’erreur est diabolique. Les réformes ont échoué. Il faut avoir le courage de le constater et de faire marche arrière», laisse entendre Donklam Abalo.

Pas de contrôle de l’exécutif

En ce qui concerne le contrôle de l’action gouvernementale, il pense que rien ne sera fait avec la 8è mandature du parlement béninois. «Si le contrôle de l’action gouvernementale n’a pas pu se faire quand le président de la république a 62 députés, ce n’est pas avec 83 députés que ça va être une réalité», assure-t-il. Il pense que même s’il advenait qu’il y ait une opposition au sein de cette 8è mandature du parlement, ce ne serait pas ce que veut le peuple. Car, l’opposition ce n’est pas seulement entre les députés. Pour lui, l’opposition est d’abord une institution reconnue par les textes. Elle a un statut, donc, «ce n’est l’opposition au sein de l’assemblée que nous recherchons». «L’opposition que nous cherchons ce n’est pas l’opposition sur des textes ou des lois», confie-t-il.

Il recherche l’opposition en tant qu’institution, en tant que forces politiques représentées à l’assemblée, élues par les béninois. Selon lui, il n’y aura pas de contrôle de l’action gouvernementale. Mieux, il fait observer qu’on n’a pas renouvelé l’assemblée nationale à voir la liste. Il estime qu’on n’a pas fait la promotion de la femme comme annoncé, on n’a pas fait la promotion des jeunes. On a fait que ramener les gens qui ont été loyaux.

L’opposition ouverte au dialogue

Le porte-parole de l’USL rassure que l’opposition est prête pour un dialogue franc et sincère. Et s’il faut s’asseoir aujourd’hui, «ce n’est pas seulement l’assemblée, c’est avec toute la classe politique, la société civile, les médias et toutes les couches sociales pour trouver comment transformer les difficultés actuelles». Mais, le dialogue ne peut avoir lieu tant que les élections législatives sont validées.  Il explique que l’opposition n’a pas besoin d’avoir de moyen pour amener le président talon à la raison. Pour lui, c’est une question de volonté politique.

14 Commentaires

  1. vous dites qu’on peut pas annuler les élections parce que cela coûté, mais vous savez pas ce que le Bénin va perdre quand les annoncés seront installés

  2. Le peuple béninois n’a même pas à se gêner.
    Si les députés prononcés sont installés en tant que tel, les conséquences sont dommageables pour le Bénin. La communauté internationale mettra l’embargo sur le Bénin simplement parce qu’elle ne reconnaissent par les membres de la 8ème législature (suppression de tout et la non reconnaissance des autorités béninoises)

  3. Puisque Aballo veut faire du droit , je voudrais lui rappeler cet adage latin “Nemo auditur propriam suam turpitudinem allegans” Tout simplement “Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude”
    En effet, c’est bien vous, de l’opposition, qui avez contraint Houndété et Yaya Garba à renier leurs signatures sur le compromis trouvé par le Comité Paritaire, suite à la requete du Président Talon. Tout simplement parce que Yayi Boni, Soglo et, dans une certaine mesure Adjavon, voulaient profiter de la situation créée avec la présence des médiations internationales alors au Bénin (CEDEAO, Union Européene, UA, etc..) pour faire de la surrenchère. Comme si c’était hier, Soglo et Yayi martelaient “La bête (Talon) est blessée, il faut l’achever”” avec les surrenchères incroyables posées comme préalables à toute solution (démission de Houngbédji, destitution du Président de la CENA, démission de Sacca Lafia, etc…) Mais vous avez joué et perdu. Et vous avez le culot de venir quémander en demandant à Talon de décréter ce que vous -mêmes avez saboté. C’est de l’inconséquence et du manque de stratégie et de maturité politiques. Le vin est tiré il faut le boire. Vos appels désespérés aux instances internationales se perdent dans le désert, car la communauté internationale a compris votre instabilité…Au demeurant, Yayi a t il reçu un début de réponse à son appel désespéréau secours adressé à la CEDEAO? Rien… Réorganisez-vous.

  4. Mais les gens rêvent. Ce n’est pas en répétant mille fois que la 8ÈME législature est illégitime qu’elle le sera. Vous n’avez pas été Unis dans l’opposition, vous avez manqué de virgilence, vous avez raté une occasion de revenir dans la course en refusant la modification de l’article 80 de la constitution.

  5. Si vous réfléchissez bien…ce qui interessent ces gens..c’est les 2 briques et quelques avantages…

    Que le pays soit à feu et à sang..tant..que eux..vivront bien…ils s’en fichent

    En réalité ce sont les seuls motivations

    On condamne..les gays men…et autres…ils ne sont pas différents..

    Il faut coute que coute sortir de la misère..sociale…

  6. Lui continue de rêver. Il parle de l’invalidation de quelles élections. Je me demande combien lui cotise dans la caisse de l’état pour s’attendre à ce qu’on invalide des élections organisées à plus de 5 milliards de francs CFA. Est ce qu’il sait qu’on a besoin de l’argent pour donner de l’eau potable à ses parents aux village. Donc juste pour lui permettre d’aller à l’assemblée, les élections doivent être invalidées reprises à cout de milliards. Je me demande s’il s’écoute.

  7. Législatives au Bénin: «C’est un parlement illégitime», affirme Donklam Abalo:
    Mr Donklam a peut etre raison parceque le Benin n’ a jamais vecu une telle situation depuis l’ avenement de la democratie. On se croirait au temps de la revolution ou les deputes etaient nommes par les le parti unique. Ceci doit etre un reve que seul TALON et ses lieutenants pourront justifier d’ ou ils viennent et ceux qu’ ils representent a l’ assemblee

  8. Abalo, ce discours est dépassé, Vous avez péché par or,gu.eil. ego et naiveté face à un pouvoir de la ruse et de la rage.

  9. Monsieur Abalo; quitte dans le bavardage et la dissertation.
    On a entendu dire que les élections n’auront pas lieu.
    Les élections ont eu lieu.
    On entend dire que les élus dont illégitimes.
    Les illégitimes seront installés et rien ne se passera
    Rdv dans 4 ans.
    Le Plombier

  10. Parlement ni legal parce que violant le preambule de la constitution qui prescrot une democratie pluraliste, ni legitime car representant 1 brninois ennage de voter sur 5…

    • En quoi ce parlememt n’est pas pluraliste ?
      D’abord, nous avons 2 blocs, c’est pluriel
      Ensuite chaque bloc est constitué de dizaines de vos précédents micropartis..
      Enfin, on ne va pas supplier ou forcer ceux qui ne veulent pas être candidats d’aller au parlement.
      Même si cette image est à déplorer, nous allons avancer avec, le temps que ces fainéants profiteurs se mettent en règle avec nos lois du systeme partisan.

      • Je crois que Tundé est un myope? Il ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Il suffit donc qu’il y ait deux blocs pour qu’on parle de pluralisme. C’est à cause de ces genres d’hommes que ____ se permet de faire ce qu’il fait! Quel dommage!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom