Le 13 novembre 2015, le monde entier a été témoin du sanglant attentat du Bataclan. Quatre années plus tard, le nombre exact de victimes continue d’augmenter.Guillaume Valette était un jeune rescapé de cet attentat. Mais depuis le 13 novembre 2015, ce jeune homme n’avait plus connu la paix. Bien que n’ayant pas subi de lésions externes, il était atteint d’un sévère état de stress post-traumatique. Mais le 19 novembre 2017, Guillaume se suicide.

Loading...

Du Bataclan à la clinique psychiatrique

Guillaume Valette est un survivant de la tragédie du Bataclan. Mais s’il a survécu physiquement totalement indemne, il n’en est pas de même de son état psychologique. Alors qu’il n’avait aucun antécédent psychiatrique, le jeune homme en proie à l’anxiété et aux troubles d’hypocondrie se croit malade de cancer. En janvier 2017, il va en consultation chez le psychiatre du Fonds de garantie des actes de terrorisme et autres infractions. Il lui est alors diagnostiqué « un trouble psycho-traumatique caractérisé, qui reste évolutif, avec de très nombreux évitements, des moments d’anxiété majeure… ». Son état devient préoccupant au point où il est interné à la clinique psychiatrique du Val-de-Marne en août 2017. Et en novembre, il se pend dans sa chambre d’hôpital.

Guillaume : 131e victime du Bataclan ?

Persuadés du lien évident entre le suicide de leur fils et l’attentat du Bataclan, les parents de Guillaume contactent Me Claire Josserand Schmidt, une avocate habituée des cas du genre pour établir juridiquement que la mort de leur fils est la conséquence de l’attentat du Bataclan. Celle-ci sollicite l’expertise du Dr Catherine Wong. La psychiatre établit dans son rapport que « le suicide de M. Valette Guillaume est donc bien la conséquence ultime de l’attentat du 13/11/15 ». Le dossier introduit en justice semble avoir mis d’accord les juges d’instruction qui ont envoyé à Alain et Arlette Valette, les parents de Guillaume, un avis à partie civile. Selon l’avocate, en autorisant les parents de Guillaume à se constituer en partie civile, « les juges d’instruction admettent la possibilité du lien de causalité entre l’attentat et son suicide ». La décision finale sera rendue en Cour d’assises où le procès sera tranché. A ce moment seulement, on saura si Guillaume Valette est la 131e victime de l’attentat du Bataclan.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom