La situation qui prévaut à Tchaourou est devenue une préoccupation pour tout le monde. C’est le cas par exemple au niveau du parti Restaurer l’espoir de l’ancien ministre de Talon, Candide Azannaï. Le parti pointe du doigt le Président Patrice Talon et le met en garde contre des déconvenues qui surviendraient.

Loading...

Selon la déclaration signée du secrétaire général du parti, Guy Mitokpè, il est un constat que «l’usage excessif de la force reste le seul recours contre les populations civiles non armées par le gouvernement de la rupture depuis que Monsieur Patrice Talon a décidé de déstabiliser la démocratie». Et depuis le lundi 10 juin 2019, les arrestations arbitraires et nocturnes opérées «en violation des droits fondamentaux des populations sont à l’origine de la résistance des braves populations de la commune de Tchaourou et environs».

Une crise politique

Le parti “Restaurer l’Espoir” estime que la crise que traverse notre pays est une crise politique et la solution ne saurait être l’usage des armes létales contre les populations non armées réclamant la restauration des acquis démocratiques confisqués par le pouvoir dictatorial et despotique dit de la rupture. Il met donc en garde le gouvernement contre ces agissements «d’une époque révolue et qui ne sont que l’apanage des esprits faibles, des leadership de cruauté, qui n’ont aucune notion du caractère sacré de la vie humaine et des exigences de l’Etat de droit et des principes de la démocratie». Pour le parti, le gouvernement sera tenu solidairement responsable du massacre cynique «qu’il continue de perpétrer contre nos populations».

Résistance pacifique

Il réaffirme sa détermination à opposer une résistance pacifique mais très ferme face au pouvoir de la rupture. Le parti Restaurer l’Espoir apporte «son soutien aux blessés, aux familles éplorées et suit l’évolution de la situation  de très près». Il demande à tous ses militants et sympathisants et à tout le peuple de se mobiliser et d’être en état de veille militante maximale.

Voir les commentaires

7 Commentaires

  1. Le Président n’a qu’à coffrer ce Azanai, chef d’État major des frondeurs. Cet anarcho gauchiste est partisan de la chienlit. Qu’il soit arrêté et on verra le reste. Des civils qui s’en prennent et blessent des militaires et il dit qu’ils ne sont pas armés. Talon ne va pas tomber dans vos pièges. Vous voulez qu’il fasse mater ces écervelés pour le distraire de son chemin. Le calme va revenir et vous serez tous coffrés. N’importe quoi.

  2. …” populations civiles non armées….”On voit que ces gens perdent toute crédibilité au vu des pillages, incendies de biens privés et publics, y compris un commissariat… Comment qualifie-t-il de telles contre-vérités.??
    Vous ne perdez rien pour attendre…

  3. Une preuve supplémentaire pour mettre Azannaï et son coursier de Mitokpè aux arrêts
    Ne venez pas me dire ici que le Benin n’est plus en démocratie.
    Je reviens
    Le Plombier patriote

  4. Commenter : Ils sont dans leurs rôle.
    C’est aussi ça la democratie.
    Mais je deplore juste les contres-vérités <>qui figure dans la déclaration.
    Soyez republicain et patriot.

  5. D’abord le nom du Parti appelé :Restaurer l’espoir??? Quel espoir Candide AZANNAI veut restaurer au Bénin?? les beninois lui ont dit qu’ils ont perdu espoir??? Ce sont vous les hommes politique de cruauté qui ont perdu espoir OK!!!.maintenant il parle de population non armée, je ris! AZANNAI vous n’avez pas perdu de fusil de chasse en mains de ces mercantilistes??? vous ne suivez rien de très pres tel que vous l’avez dit dans le communiqué.Revoyez vos ecrits immediatement.

      • Eruku, d’abord tu n’es pas beninois d’origine donc te parler, c’est du temps perdu.OK.Maintenant, vous n’avez pas vu des fusils de chasse en mains de ces mercenaires??? et vous parlez de population non armée!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom