Des douaniers béninois (ph d'illustration)

La douane du Bénin et celle du Nigéria ont eu une rencontre cette semaine à la frontière de Sèmè-Kraké pour mutualiser les efforts entre les deux douanes pour augmenter les recettes douanières. Désormais, les deux douanes sont unies. Elles ont œuvré pour l’avènement d’un guichet unique. Elles s’unissent aussi dans le dédouanement des marchandises d’une frontière à l’autre.

Et pour cerner les contours de cette union que les responsables de ces deux douanes ont tenu une séance de travail entre les douanes d’une part et les opérateurs économiques de l’autre. «On a invité aujourd’hui les opérateurs économiques pour leur expliquer pourquoi interconnecter les systèmes informations des deux administrations», explique   Aboudou Malèhossou, directeur des Services d’interventions rapides Mono-Couffo.

Il indique que «c’est juste pour leur facilité davantage la tâche». Le but de ces réformes c’est de limiter les fraudes, les rançonnements, les pertes de temps et d’améliorer les recettes douanières. Charles Saka Boko, directeur de la Douane et droits indirects estime que «cette interconnexion devrait pourvoir corriger un certain nombre de choses notamment la lenteur administrative». Pour lui, la conséquence en résolvant ces différents problèmes évoqués, «c’est donc d’améliorer nos recettes au niveau de nos deux pays et de créer donc une facilité, une fluidité au niveau de cette frontière». Les administrations douanières des deux pays exhortent les opérateurs économiques à jouer leur partition dans la réussite de ces réformes.   

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom