Des missiles appartenant à la France ont été retrouvés sur une base de l’homme fort de l’Est Libyen, Khalifa Haftar. Cette  découverte a semble-t-il fait sursauter les autorités de Tripoli qui ont demandé à Paris de s’expliquer d’urgence. Florence Parly la ministre française des armées n’a pas tardé à se prononcer sur le sujet.

“Ces missiles ont été mis hors d’usage”

Elle assure que les missiles découverts chez Khalifa Haftar n’ont jamais été transmis à ce dernier par son pays. De plus, ils sont inutilisables. « Ce sont des missiles qui appartiennent aux armées françaises, qui ont été achetés aux Américains. Ces missiles avaient pour vocation d’assurer la protection d’éléments français de détachement, dont la mission était une mission de renseignement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Il se trouve que ces missiles ont été mis hors d’usage (…) Ils n’ont jamais été transférés à quiconque » a déclaré la ministre des armées.  Elle précise que ces missiles étaient stockés dans un endroit qui était destiné à, ensuite, permettre leur destruction. Mais en raison des événements qui se déroulent en Libye, ces engins de guerre n’ont pas pu être détruits à temps.

Des questions légitimes

La réaction du gouvernement de Fayez al-Sarraj peut se comprendre parce qu’il est soutenu par la communauté internationale dont la France fait partie. Retrouver des missiles français à Gheryan,  sur une base de Khalifa Haftar éveille forcément des questions puisque  le maréchal ne cache pas son intention de marcher sur Tripoli. Il livre d’ailleurs une guerre contre le GNA, le gouvernement d’Union nationale depuis avril.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom