Du 2 au 18 août 2019 a lieu à Cotonou, la première édition de la Quinzaine du cinéma africain du Bénin (Qcab). L’Association des techniciens de l’audiovisuel et du cinéma (Atac), auteure de l’initiative l’a annoncée à la faveur d’une conférence de presse hier, mardi 30 juillet 2019 à Cotonou.

Loading...
Nouveau rendez-vous du 7ème art au Bénin. La Quinzaine du cinéma africain du Bénin (Qcab). L’Association des techniciens de l’audiovisuel et du cinéma (Atac) prend date du 2 au 18 août 2019 pour faire revivre les films africains en salle. C’est un rendez-vous qui sera organisé trois fois l’an –avril, août et décembre- autour des grands événements au Bénin pour faire découvrir ce dont regorge le cinéma africain, informe Thierry Yansounou, partenaire de l’événement. «C’est le cinéma africain et les cinéastes africains qui seront à l’honneur» dira-t-il.

Un pas vers une industrie cinématographique au Bénin

L’initiative s’annonce comme le début d’une nouvelle dynamique pour relancer les salles de cinéma au Bénin. «L’objectif, c’est de rouvrir les salles de cinéma au profit des populations » confie le directeur de la Qcab, Christian Noukpo Wanou. Lors de la conférence de presse autour de l’événement, mardi 30 juillet 2019, il avoue que c’est un défi surtout qu’il s’agit de cinéma en salle alors que la situation en la matière dans le pays n’est pas reluisante.

Mais on comprend d’après ses propos, que l’Atac a décidé de sortir des discours d’espoir sans actes sur l’avenir du cinéma au Bénin pour amorcer par du concret, une marche destinée à donner vie à une industrie cinématographique béninoise. Pour l’association, il n’est plus question de se limiter aux théories et attendre un miracle pour relancer le cinéma béninois. «La Qcab vient pour relancer les choses. Si nous avons une seule salle, on va le rouvrir» affirme Christian Noukpo Wanou.

Au-delà, le défi pour l’Atac, c’est de démontrer à petite échelle déjà, combien il est possible au Bénin, ne serait-ce qu’à partir de l’existant, d’améliorer la qualité et la quantité des productions cinématographiques béninoises, mettre en place un fonds d’avances sur recette au profit des producteurs béninois, participer à la réduction du chômage par la création d’emploi au profits des diplômés sortis des écoles de cinéma et d’art plus généralement et contribuer au budget national par une structuration et une formalisation de l’industrie du cinéma.

A « Le Bénin » et au « Concorde »

Pour cette première édition de la Qcab, les projections auront lieu au Ciné ‘’Le Bénin’’ et ‘’Concorde’’ où l’Atac promet tout adapter pour offrir de meilleurs conditions de diffusion au public. «Par la suite nous prendrons en charge toutes les salles publiques et privées disponibles au Bénin», annonce le directeur.

Les projections seront gratuites au cours de la première semaine de la quinzaine puis payantes pendant la deuxième, avec de grandes affiches béninoises et africaines au programme. Les entrées sont fixées entre 500 et 1500 F Cfa. Il y a des cartes sponsors de 20.000 et 40.000 F Cfa. Il est prévu également des formations qui seront encadrées par l’Isma, des masters class et des entretien-débats entre les aînés de la profession et la jeune génération.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom