Le chef de l’Etat a rencontré, hier mardi 23 juillet au palais de la République, les centrales et confédérations syndicales pour leur informer des mesures prises pour améliorer la qualité de l’enseignement au Bénin. Les échanges ont porté sur les réformes relatives à l’amélioration de la qualité de l’enseignement au Bénin. Chaque confédération et centrale syndicale était représenté par deux personnes de même que les conseils sectoriels du dialogue social.

Loading...

Les trois ministres des trois ordres d’enseignements  et le ministre de  la fonction publique ont aussi pris part à cette rencontre. A cette séance, le président Patrice Talon a démontré que le système éducatif béninois ne va pas bien. Il a indiqué que ce soit en matière d’infrastructures, en matière du nombre d’enseignants, il  y a problème.

Mais, c’est surtout sur la qualité de l’enseignant que le gouvernement veut agir. A ce propos, les ministres des enseignements primaire et secondaire ont fait savoir qu’après les évaluations diagnostiques qui ont été faites, ils ont conclu que la qualité des enseignants surtout ceux reversés dans la fonction publique en 2008 pose problème. Ces enseignants reversés vont donc subir une évaluation.

Les meilleurs deviendront des fonctionnaires

A l’issue de l’évaluation, les meilleurs enseignants contractuels vont être admis dans la catégorie des fonctionnaires de l’Etat. Les moins bons vont être admis en formation de mise à niveau. Ceux dont les résultats révèlent une inaptitude manifeste à la profession enseignante vont être reconvertis ou s’ils le désirent, vont obtenir une résiliation de leurs contrats avec obtention de leurs droits.

Selon le président Talon, au bout du processus, aucun enseignant ne sera laissé sur le carreau. Il a aussi rassuré que les partenaires sociaux vont être consultés en ce qui concerne le format des épreuves et les modes d’administration de celles-ci. Le refus de participation à cette évaluation diagnostique va entraîner pour les contrevenants le licenciement pur et simple.

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. La solution n’est d’evaluer les enseignant car ils peuvent etre bon le jour de l’evaluation et mediocre dans l’accomplissent de leur tache.former c’est mieux.sinon pour le reverselent de 2008 la ligne n’etait pas fausse mais c’est dans l’accomplissement qu’ il y a eu de dechet

  2. Quand le President TALON parle, l’on a tendance à croire qu’il prend bien les problemes du pays secteur par secteur.Mais il lui manque quelque chose pour cerner l’approche de solution.Lorsqu’il disait je suis pret et toute à porto-novo en 2016, moi je pensait que les resultats et solutions sont dans sa poche.C’est faux.si c’est au bout de 3 ans qu’il faut tout ça, vous avez sacrifié la jeunesse de votre pays.

  3. Rien à reprocher à ce projet. Nous avons trop longtemps été complaisants vis-à-vis de la médiocrité. L’instituteur de ma nièce, élève dans ce qui est considéré comme un des meilleurs établissements de sa ville ignorait que le verbe manger à l’imparfait devait avoir un -e- entre les lettres g et a aux trois premières personnes du singulier. Et des histoires de ce genre, il y en a des tonnes. Je ne raconte pas ce qui sest passé quand des parents excédés par l’incompétence de l’enseignant se sont plaints à sa hiérarchie…

  4. Pour moi, ça va dans le bon sens.
    Au passage, virer ceux qui sont impliqués dans des malversations et des histoires de mœurs relevant des tribunaux, avec des élèves/étudiant(e)s

    Le principe au delà des enseignants eux-même, doit être de convertir la destination de l’enseignement, qui doit passer de l’acquisition et de l’enseignement du “savoir” à celui du “savoir-faire”.

    \\\\\///
    (@_@)

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom