Le Franc CFA est de plus en plus critiqué. En effet, de nombreux experts s’accordent à dire que cette monnaie a servi les intérêts de la France, qui, sous une apparence légale, a freiné le développement de tout le continent Africain. Michel Santi, économiste français de renom en est d’ailleurs persuadé, estimant d’ailleurs que la poursuite de l’utilisation de cette monnaie est une forme de colonisation.

En effet, selon ses dires, le FCFA permet actuellement à la France de « maintenir sous tutelle », ces nations africaines (Cameroun, Gabon, Tchad, Guinée Equatoriale, Congo, Centrafrique, Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Niger, Togo, Mali, Sénégal). L’idée ici étant que ce FCFA soit artificiellement valorisé, puisque basé sur l’euro dans le simple but de rendre les exportations françaises dans cette région du monde, bien plus attractives. En outre, les exportations effectuées depuis ces nations africaines, à destination du reste du globe sont de fait gonflées, rendant la dépendance de ces pays vis-à-vis de Paris, toujours plus importantes.

Michel Santi, critique à l’encontre du Franc CFA

En d’autres mots, la France contrôlerait la monnaie de ces nations, ce qui lui a permis et lui permet encore de bénéficier de très nombreux avantages économiques. D’ailleurs, Michel Santi n’hésite pas à pointer du doigt les techniques utilisées par l’hexagone en vue de pérenniser l’usage de cette monnaie, en instaurant notamment la peur, si ce n’est la violence, afin de dissuader toute envie de s’en débarrasser. Un privilège certain, qui pousse de fait l’économiste à se poser de nombreuses questions.

Les enjeux de développement ne sont pas les mêmes

Les nations africaines, au lendemain de leur indépendance, ont-elles retrouvé leur souveraineté ? La réponse serait non. En effet, le fait de « priver » ces pays, d’une politique monétaire autonome est aujourd’hui de plus en plus pointé du doigt, d’autant que les objectifs entre les nations africaines, en plein développement, et les nations européennes déjà bien implantées, ne sont pas du tout les mêmes. Au contraire, plus que discipline économique, les nations africaines visent aujourd’hui à se développer, améliorer leurs infrastructures, diversifier leur économie.

Voir les commentaires

11 Commentaires

  1. En termes économiques, il faut pas laisser passer ses émotions avant sa lucidité : on a beau déteste le CFA parce qu’il nous rappelle la main mise de l’ancien colonisateur, il ne faut pas perdre de vue que les économies africaines, à l’instar de celles mondiales, sont dépendantes de l’échiquier économique mondial. Cet ECO sera-t-il assez fort pour supporter le jeu des parités ?

    • ROGER , comment le Rwanda s’arrange t-il pour gérer tout seul son franc rwandais qui se porte mieux que ton CFA adoré!!!
      Sortez de vos peurs tétanisantes et qui vous ont abrutis. Mais c’est incroyable qu’à votre âge et avec niveau, vous en vous en soyez encore là. Il ne s’agit pas
      é blaou carrément hein!
      1000 f rwandais =1 euro
      1311,9 f cfa = 1 euro
      6 cédi (Ghana) = 1 euro
      15 dollar namibien = 1 euro
      Bande couillon

  2. J’approuve votre opinion, d’autant plus qu’il ne faille pas se lever un matin et acheter son pain à 5 eco (=500fcfa) alors qu’on l’achetait à 150f cfa hors eco. Pire, avec le même salaire.

  3. Oui, mais ces etats africains qui partagent cette monnaie commune du franc CFA doivent etre des etats politiquement forts avec une reelle democratie base sur des reglements et lois bien definis et respectes par chaque couche de la societe. Une fluidite economique entre les etats du franc CFA est un facteur important a tenir en compte pour le succes de cette monnaie commune. Cheick Anta Diop disait: “L’organisation rationnelle des economies Africaines ne peut preceder l’organisation politique de l’Afrique.” Moi, j’irai plus loin en disant que l’organisation socio-economique commune et politique des pays de la zone franc CFA est la condition sine qua non pour une monnaie commune forte et pour un development economique de l’Afrique du 21eme seicle. Ne nous debarrassons pas du franc CFA pour seulement un combat politico-symbolique, mais plutot debarrassons-nous du CFA pour une reelle independance economique.

  4. Cette Eco me rend septique, car avec des pions comme Macky Sall et Ouattara en tête de cette affaire. Je ne suis pas tout à fait sûre. À mon avis c’est une manière d’enrouler le Nigeria et la Ghana dans un autre modèle de FCA.

  5. Des soit disants économistes qui racontent n’importe quoi. Le franc CFA va disparaître bientôt et votre fond de commerce avec. Les populations seront confrontées à l ‘ÉCO qui ne serait que l’autre nom du NAIRA. Et c’est en ce moment qu’il vont rappeler le franc CFA qu’elles rechercheront en vain. Ça se verra bientot

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom