Après une accalmie, le déguerpissement des occupants des espaces publics reprend à Cotonou. C’est l’annonce faite par le préfet intérimaire du Littoral Jean-Claude Codjia à travers un communiqué. Les opérations musclées de remise en ordre afin que force reste à la loi, vont reprendre dans la ville Cotonou. Après les opérations de  déguerpissement mano militari orchestrées par l’ancien maire du Littoral Modeste Toboula, il y a deux ans, force est de constater qu’il y a un regain de forme dans l’occupation des espaces publics.

Loading...

Le constat fait par le préfet intérimaire est que depuis quelques temps, la ville de Cotonou, les vieilles et déplorables habitudes d’incivismes notoires combattues et réprimées naguère, ont refait surface. Ceci en dépit des maints efforts substantiels que ne cesse de consentir en la matière le gouvernement.

Reprise des opérations

Au nombre de ces habitudes d’incivismes il y a les stationnements anarchiques de véhicules de tous gabarits, l’insalubrité recrudescente sur les lieux publics, la vente à la sauvette, la vente informelle des produits pétroliers aux abords des artères nobles et les petites ventes aux abords des rues et artères.

Face à ce constat, le préfet intérimaire Jean-Claude Codjia a annoncé la reprise des opérations de déguerpissements des espaces publics. Ceci sans une autre forme de sensibilisation. Ces opérations vont se faire sans la moindre complaisance avec l’appui des forces de l’ordre.  

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. Que talon et son préfet retiennent que c’est l’un des derniers actes qui va les emporter ; ventre affamé n’ayant point d’oreilles , la misère au bénin croissante alors qu’eux se goinfrent , se font verser des salaires astronomiques , les béninois grouillent comme ils peuvent pour nourrir leur famille .
    Et aucune solution alternative n’est proposée aux béninois pour ” libérer ” la rue 😡😡😡

    • Yayi vous donne à manger où quoi. Au lieu de galérer dans une chambre de bonne dans la banlieue de Paris, pourquoi ne pas rentrer.

  2. ” enfants…femmes…nigériens” Autrement dit : “salauds d’étrangers !” c’est bien ça “ZATIN” ?

    \\\///
    (^_^)

    • enfants..talibé….ou enfants de rue…..!!!!

      Qu’ils soient guinéens..sénégalais (detenant la palme d’or)…nigerien,et nigerian…..restera un sujet tabou…aussi longtemps….que la lacheté..et l’hypocrisie..nous animeront…nous les africains

      Ces enfants…qui n’ont pas demandé..à naitre…vont souffrir toute leur enfance..avant de finir par etre dévorés…par la méditéerrannée

      Qui a jamais…vu des animaux…faire autant d’enfants…que les ressources de leur environnement ne peuvent assurer…la survie

      Autrement…dit il falloir..faire..une autre hierarchie….dans tout ce qui est manifesté…

  3. Tobula nous manque véritablement… Outre la réoccupation des espaces publics, les enfants et femmes mediants de profession nigériens, jadis renvoyés dans leur pays par Toboula, sont revenus en force et emcombrent les deux voies du côté de LBM (ex-Caboma).
    Vraiment qu’on remette de l’ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom