Photo : AFP

Les autorités russes accusent les Etats-Unis de procéder à une course aux armements après avoir quitté le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Ce document qui visait le démantèlement par les États-Unis et l’URSS d’une catégorie de missiles emportant des charges nucléaires ou conventionnelles a été enterré il y a un peu moins d’un mois suite à l’échec des négociations entre les deux pays. Déjà, l’administration Trump a réussi à tirer son premier missile de portée intermédiaire depuis la fin de la guerre froide selon des images diffusées ce mardi 20 août 2019. Cet exercice militaire n’était pas de nature à plaire à la Russie qui indique que la sortie des Etats-Unis de cette entente vielle de plusieurs décennies était peut-être intentionnelle.  

Le traité START risquerait-il le même sort ?

Lors de sa visite à Paris, Vladimir Poutine indique ne rien se reprocher dans cette affaire. Pour lui, son pays a fait tout ce qui était en son pouvoir pour le maintien de cette entente. Il jette plutôt le tort sur son rival qui a quitté selon lui unilatéralement le traité.  « Je voudrais rappeler que ce n’est pas la Russie qui s’est retirée unilatéralement du traité de défense antimissile, ce n’est pas nous qui nous sommes retirés du traité INF » fait remarquer le président russe au Fort de Brégançon. Il  attire l’attention sur un autre traité qui risque le même sort. Il annonce que son pays a déjà accompli également son devoir en formulant ses propositions. Ce qui n’est pas selon lui le cas des Etats-Unis alors que le Traité prend fin en 2021.  «La question de la prorogation du traité START, sur les armes stratégiques offensives reste à l’ordre du jour. Mais jusqu’à présent, nous n’avons vu aucune initiative de nos partenaires américains, même si nos propositions sont sur la table. » a ajouté l’autorité russe.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom